La vague de consolidation sur le marché des jeux vidéo se poursuit invariablement. Après le rachat d'Activision Blizzard par Microsoft, plus tôt ce mois-ci, Sony a à présent annoncé qu'elle reprenait le développeur de jeux Bungie pour quelque 3,6 milliards de dollars, soit 3,2 milliards d'euros après conversion.

En effectuant ce rachat, Sony, qui fabrique la console de jeu PlayStation, entend renforcer sa position dans l'industrie des jeux. Il s'agit là du plus important rachat d'un éditeur de jeux effectué par Sony ces dix dernières années. La transaction est en outre étonnante dans la mesure où Bungie a avec Halo longtemps créé des jeux exclusifs pour les consoles Xbox du concurrent Microsoft. La petite entreprise fondée en 1991 appartint du reste à Microsoft entre 2000 et 2007.

Plus que des jeux

En intégrant Sony, Bungie ne développera du reste pas directement des jeux exclusifs pour la PlayStation, signale le géant technologique sur son blog. Bungie fonctionnera en grande partie de façon indépendante, et les jeux de l'éditeur, dont le populaire Destiny 2, continueront de tourner sur diverses plates-formes. Les nouveaux jeux de Bungie seraient encore et toujours destinés au PC et à la Xbox.

Pourquoi un tel rachat dans ce cas? Dans son communiqué de presse, Sony évoque, outre les arguments typiques en matière d'accélération et d'expertise, aussi ce qu'elle appelle l''IP' (la propriété intellectuelle) de Bungie. Les droits sur le monde des jeux de science-fiction d'Halo ou de Destiny peuvent représenter une valeur non-négligeable pour une firme de médias comme Sony qui pourrait les exploiter pour créer non seulement des jeux, mais aussi des films et des séries. Ces derniers mois et années, d'autres jeux ont déjà été transformés en des séries populaires, comme par exemple The Witcher (éponyme de la série Netflix), League of Legends (avec Arcane), voire l'original Castlevania (déjà aussi sur Netflix).

Consolidation

En outre, Sony surfe aussi sur l'ample vague de consolidation sur le marché des jeux vidéo. Le rachat de Bungie représente déjà le troisième méga-deal conclu dans ce secteur en peu de temps. Plus tôt ce mois-ci, Microsoft avait en effet annoncé son intention de reprendre l'éditeur de jeux Activision Blizzard, à l'initiative de jeux tels Call of Duty et World of Warcraft, pour 69 milliards de dollars. De plus, l'éditeur de jeux mobiles Zynga, connu notamment pour le jeu FarmVille, a été racheté par son homologue Take-Two Interactive Software pour 12,7 milliards de dollars.

Lisez aussi: Microsoft rachète l'éditeur de jeux Activision Blizzard

La vague de consolidation sur le marché des jeux vidéo se poursuit invariablement. Après le rachat d'Activision Blizzard par Microsoft, plus tôt ce mois-ci, Sony a à présent annoncé qu'elle reprenait le développeur de jeux Bungie pour quelque 3,6 milliards de dollars, soit 3,2 milliards d'euros après conversion.En effectuant ce rachat, Sony, qui fabrique la console de jeu PlayStation, entend renforcer sa position dans l'industrie des jeux. Il s'agit là du plus important rachat d'un éditeur de jeux effectué par Sony ces dix dernières années. La transaction est en outre étonnante dans la mesure où Bungie a avec Halo longtemps créé des jeux exclusifs pour les consoles Xbox du concurrent Microsoft. La petite entreprise fondée en 1991 appartint du reste à Microsoft entre 2000 et 2007.En intégrant Sony, Bungie ne développera du reste pas directement des jeux exclusifs pour la PlayStation, signale le géant technologique sur son blog. Bungie fonctionnera en grande partie de façon indépendante, et les jeux de l'éditeur, dont le populaire Destiny 2, continueront de tourner sur diverses plates-formes. Les nouveaux jeux de Bungie seraient encore et toujours destinés au PC et à la Xbox.Pourquoi un tel rachat dans ce cas? Dans son communiqué de presse, Sony évoque, outre les arguments typiques en matière d'accélération et d'expertise, aussi ce qu'elle appelle l''IP' (la propriété intellectuelle) de Bungie. Les droits sur le monde des jeux de science-fiction d'Halo ou de Destiny peuvent représenter une valeur non-négligeable pour une firme de médias comme Sony qui pourrait les exploiter pour créer non seulement des jeux, mais aussi des films et des séries. Ces derniers mois et années, d'autres jeux ont déjà été transformés en des séries populaires, comme par exemple The Witcher (éponyme de la série Netflix), League of Legends (avec Arcane), voire l'original Castlevania (déjà aussi sur Netflix).En outre, Sony surfe aussi sur l'ample vague de consolidation sur le marché des jeux vidéo. Le rachat de Bungie représente déjà le troisième méga-deal conclu dans ce secteur en peu de temps. Plus tôt ce mois-ci, Microsoft avait en effet annoncé son intention de reprendre l'éditeur de jeux Activision Blizzard, à l'initiative de jeux tels Call of Duty et World of Warcraft, pour 69 milliards de dollars. De plus, l'éditeur de jeux mobiles Zynga, connu notamment pour le jeu FarmVille, a été racheté par son homologue Take-Two Interactive Software pour 12,7 milliards de dollars.