Le shopping en ligne, l'e-banking ou la prise de rendez-vous pour la vaccination: sous la pression de la crise du corona, l'utilisation des services numériques de base a connu un boost. En 2020, 82 pour cent des Belges ont effectué leurs transactions bancaires en ligne, alors que 71 pour cent ont déjà réalisé un achat via la voie numérique Le recours à l'e-administration est restée plutôt stable (68 pour cent), alors qu'on fait relativement peu appel à l'e-santé (39 pour cent), comme le montre une enquête.

Grandes différences

Derrière ces chiffres se dissimulent cependant de grandes différences qui dépendent étroitement du revenu et du niveau de formation de l'utilisateur internet, affirment les enquêteurs.

Les chercheurs ont examiné les données de l'utilisation ICT des ménages et des individus âgés de 16 à 74 ans dans les neuf premiers mois de 2020. Il en est ressorti que 91 pour cent des familles belges disposent d'une connexion internet. Pour les ménages à faible revenu, c'est là une forte hausse par rapport à l'année précédente: de 71 à 81 pour cent.

Mais, affirment les scientifiques, ce n'est pas parce qu'on a accès à internet qu'on est capable d'en exploiter pleinement toutes les possibilités. Plus le niveau de formation et les revenus sont faibles, moins on utilise l'e-banking et l'e-commerce. Et les gens qui recourent à internet de manière limitée, utilisent aussi nettement moins souvent les autres services numériques.

Culture numérique

C'est ainsi que 68 pour cent des internautes effectuent des opérations administratives en ligne, mais ce pourcentage semble énormément différer en fonction du niveau de formation: 43 pour cent des internautes possédant un diplôme inférieur font usage d'internet contre 83 pour cent des surfeurs hautement diplômés. Il existe une raison à cela, selon l'enquête: pour effectuer votre administration en ligne, vous devez avoir une culture numérique suffisante.

'Pour beaucoup de personnes, l'utilisation d'internet ne vas pas forcément de pair avec une simplification administrative', précise Périne Brotcorne, auteure de l'étude. 'C'est là néanmoins l'un des arguments les plus cités pour justifier l'importance et la vitesse da la conversion du papier au numérique.'

Seul un internaute sur trois possédant un niveau de formation inférieur (32 pour cent) ou un faible revenu (29 pour cent) estime qu'internet simplifie les tâches administratives. Cette proportion baisse encore à 24 pour cent chez les gens qui utilisent peu ou pas internet.

Le shopping en ligne, l'e-banking ou la prise de rendez-vous pour la vaccination: sous la pression de la crise du corona, l'utilisation des services numériques de base a connu un boost. En 2020, 82 pour cent des Belges ont effectué leurs transactions bancaires en ligne, alors que 71 pour cent ont déjà réalisé un achat via la voie numérique Le recours à l'e-administration est restée plutôt stable (68 pour cent), alors qu'on fait relativement peu appel à l'e-santé (39 pour cent), comme le montre une enquête.Derrière ces chiffres se dissimulent cependant de grandes différences qui dépendent étroitement du revenu et du niveau de formation de l'utilisateur internet, affirment les enquêteurs.Les chercheurs ont examiné les données de l'utilisation ICT des ménages et des individus âgés de 16 à 74 ans dans les neuf premiers mois de 2020. Il en est ressorti que 91 pour cent des familles belges disposent d'une connexion internet. Pour les ménages à faible revenu, c'est là une forte hausse par rapport à l'année précédente: de 71 à 81 pour cent.Mais, affirment les scientifiques, ce n'est pas parce qu'on a accès à internet qu'on est capable d'en exploiter pleinement toutes les possibilités. Plus le niveau de formation et les revenus sont faibles, moins on utilise l'e-banking et l'e-commerce. Et les gens qui recourent à internet de manière limitée, utilisent aussi nettement moins souvent les autres services numériques.C'est ainsi que 68 pour cent des internautes effectuent des opérations administratives en ligne, mais ce pourcentage semble énormément différer en fonction du niveau de formation: 43 pour cent des internautes possédant un diplôme inférieur font usage d'internet contre 83 pour cent des surfeurs hautement diplômés. Il existe une raison à cela, selon l'enquête: pour effectuer votre administration en ligne, vous devez avoir une culture numérique suffisante.'Pour beaucoup de personnes, l'utilisation d'internet ne vas pas forcément de pair avec une simplification administrative', précise Périne Brotcorne, auteure de l'étude. 'C'est là néanmoins l'un des arguments les plus cités pour justifier l'importance et la vitesse da la conversion du papier au numérique.'Seul un internaute sur trois possédant un niveau de formation inférieur (32 pour cent) ou un faible revenu (29 pour cent) estime qu'internet simplifie les tâches administratives. Cette proportion baisse encore à 24 pour cent chez les gens qui utilisent peu ou pas internet.