Pépé ne veut rien savoir des médias sociaux. Tata n'est, elle, pas du tout une adepte du smartphone. Pourtant, ils voudraient tous deux suivre de près ce que fait toute la famille. C'est là une scission générationnelle que Simon Desbarax connaît bien et à laquelle il veut mettre fin. Sa solution? La startup Neveo.

'Nous avons conçu une application qui représente notre propre mini-réseau social", explique-t-il. "Vous formez un groupe de votre famille et pouvez y déposer des photos et placer des commentaires, exactement comme chez d'autres acteurs tels Instagram ou Facebook. Jusque là, rien de nouveau sous le soleil, direz-vous. C'est vrai, mais la grande différence réside dans le travail de conversion que nous effectuons à la fin de chaque mois."

Chaque mois, les ordinateurs de Neveo compilent en effet automatiquement la ligne du temps de votre famille en un joli album photos, qui sera envoyé par la poste aux parents plus âgés, qui pourront ainsi tout partager. Surgit aussitôt la grande question de savoir comment être rentable? La réponse est simple: Neveo est payant, mais le prix pratiqué n'est pas abusif. "Par famille, vous paierez 9,99 euros par mois", précise Desbarax. "Cela couvre les coûts d'impression et nos frais généraux. Le premier mois, il ne vous en coûtera du reste que 0,99 euro et ce n'est qu'après que vous ayez reçu votre premier album photos - qui peut contenir jusqu'à cinquante images - que vous passerez au prix plein."

Y a-t-il une demande dans ce sens? Absolument, comme le démontre Desbarax sur base de quelques chiffres: "Aujourd'hui, nous comptons 20.000 clients dans le monde, soit quelque 100.000 utilisateurs. Pour eux, nous avons déjà créé 20.000 albums que nous avons envoyés dans cent pays. Il s'agit en fait là de notre principal défi: veiller à ce que vous receviez les albums photos partout, que ce soit à New York ou à Jakarta, dans un très bref délai, comme nous le promettons."

En néerlandais pour la fin de l'année

Neveo a été lancée en français en 2017, et la version en anglais a suivi en 2018. Depuis fin mars, l'appli est aussi disponible en allemand, italien et espagnol. "Nous avons ainsi atteint les cinq principaux groupes linguistiques", déclare Desbarax. "Une version en néerlandais devrait être lancée d'ici la fin de l'année."

Desbarax et ses associés ont fondé leur startup avec des moyens propres - "quelque 50.000 euros", comme l'évalue le CEO - et ont réussi l'année dernière à récolter deux millions d'euros de capital externe. "Un million et demi provenait d'un business angel belge, et le reste de fonds publics wallons et bruxellois", ajoute-t-il. "Nous voulons ainsi croître rapidement notamment en misant sur la publicités en ligne. Si nous arrivons à atteindre l'objectif que nous nous sommes fixé sur le plan des rentrées - ce que j'espère d'ici la fin de l'année ou le début de l'an prochain -, nous rechercherons de nouveau du capital via une phase de série A."

Neveo

Siège social: Bruxelles

Nombre d'associés: 3

A la recherche de capital supplémentaire?: Probablement fin 2019/début 2020

Site web: www.neveo.io