Vers 20H30 GMT, le titre prenait 12,1% à 388,29 dollars dans les échanges électroniques d'après séance. Une nouvelle fois, le groupe --derrière des succès comme "House of Cards" ou "Orange is the New Black"-- attribue ses performances à son "vaste portefeuille de programmes originaux" dans sa traditionnelle lettre aux actionnaires de présentation des résultats.

En engrangeant près de sept millions de nouveaux abonnés dans le monde, Netflix a pulvérisé ses propres objectifs (+5 millions) et a ainsi rassuré les investisseurs, qui s'étaient montrés très déçus par le nombre d'abonnés au deuxième trimestre.

Géographiquement, la hausse s'est faite à la fois aux Etats-Unis, avec 1,1 million de nouveaux abonnés (contre 650.000 attendus), et à l'international avec 5,9 millions, soit 1,5 million de plus qu'anticipé. Netflix prévoit 9,4 millions de nouveaux abonnés au quatrième trimestre.

Ces performances se reflètent dans les finances du groupe, avec un bénéfice net trimestriel multiplié par plus de trois sur un an, à 400 millions de dollars. Ajusté et rapporté par action, référence en Amérique du Nord, le bénéfice ressort à 89 cents, largement au-dessus des attentes des analystes (68 cents).

Le chiffre d'affaires pour sa part est conforme aux attentes à 4 milliards de dollars (+34%), réparti quasiment à parité entre les Etats-Unis et le reste du monde. Le groupe investit énormément dans les programmes: environ 8 milliards de dollars sont prévus cette année. Pionnier du secteur, il doit faire face à une concurrence croissante et féroce, d'Amazon, Hulu, HBO ou encore d'acteurs plus traditionnels, comme Disney, qui lancent des services de streaming.