Le problème des utilisateurs, c'est que Netflix est partout disponible, mais avec différents contenus. Aux Etats-Unis, l'on peut voir quasiment tout, mais en dehors, cela peut différer d'un pays à l'autre. Cette situation est due aux droits que possède Netflix sur les séries et films. Le service de diffusion doit dès lors négocier par pays avec la société à l'origine de la série ou du film.

Pour être malgré tout certain de pouvoir tout voir, il était jusqu'il y a peu possible d'installer un VPN, à savoir un programme donnant l'illusion que l'utilisateur se trouve dans un autre pays que le sien. Mais Netflix a bloqué cette fonction depuis le début de cette année, parce que les sociétés de production et les distributeurs n'étaient pas du tout satisfaits.

Suite à ce blocage, des utilisateurs menacent de résilier leur abonnement. Ils déclarent qu'ils se voient à présent forcés d'effectuer (de nouveau) des téléchargements illégaux, mais le CEO de Netflix, Reed Hastings, ne s'en laisse pas compter: 'Il s'agit ici d'une minorité extrêmement faible, mais incroyablement bruyante', a-t-il affirmé à Wired. Il estime que les déclarations de ces utilisateurs n'auront cependant pas le moindre effet de masse.

Le problème des utilisateurs, c'est que Netflix est partout disponible, mais avec différents contenus. Aux Etats-Unis, l'on peut voir quasiment tout, mais en dehors, cela peut différer d'un pays à l'autre. Cette situation est due aux droits que possède Netflix sur les séries et films. Le service de diffusion doit dès lors négocier par pays avec la société à l'origine de la série ou du film.Pour être malgré tout certain de pouvoir tout voir, il était jusqu'il y a peu possible d'installer un VPN, à savoir un programme donnant l'illusion que l'utilisateur se trouve dans un autre pays que le sien. Mais Netflix a bloqué cette fonction depuis le début de cette année, parce que les sociétés de production et les distributeurs n'étaient pas du tout satisfaits.Suite à ce blocage, des utilisateurs menacent de résilier leur abonnement. Ils déclarent qu'ils se voient à présent forcés d'effectuer (de nouveau) des téléchargements illégaux, mais le CEO de Netflix, Reed Hastings, ne s'en laisse pas compter: 'Il s'agit ici d'une minorité extrêmement faible, mais incroyablement bruyante', a-t-il affirmé à Wired. Il estime que les déclarations de ces utilisateurs n'auront cependant pas le moindre effet de masse.