Suite aux tweets faisant état d'un retrait de son entreprise de la bourse, Tesla a conclu un arrangement avec le contrôleur boursier américain SEC (Securities and Exchange Commission). L'une des conditions était que toutes les déclarations publiques de Musk soient contrôlées par la direction de Tesla.

Selon Musk en personne, le contrôle ne porte cependant que sur les tweets qui pourraient impacter le cours boursier de son entreprise. Pour les autres tweets, c'est la liberté d'expression qui prévaut, apprend-on. "Soyons clairs: je n'ai aucun respect pour le SEC", a précisé Musk, qui a toutefois ajouté qu'il respectait l'appareil juridique.

A la question de savoir à l'avance si un tweet spécifique peut ou non influencer le cours boursier de Tesla, Musk a répondu que sur ce plan, "des erreurs pouvaient être commises".

Année dernière difficile

Le directeur de Tesla a répété une fois encore que Tesla a été proche de la faillite l'année dernière. La production du nouveau Model 3 n'a pas été suffisamment rapide, comme en a témoigné l'installation d'une ligne de fabrication dans une tente érigée sur le parking de son usine. "Nous avons perdu 50 millions de dollars, voire 100 millions de dollars par semaine.''