Si Musk continue d'envoyer ce genre de tweets, cela pourrait gravement impacter les futures possibilités de financement de Tesla, peut-on lire dans la plainte comptant pas moins de 105 pages et rendue publique vendredi passé par le tribunal de l'état américain du Delaware.

Ce n'est pas - et de loin - la première fois que le milliardaire se retrouve dans ses petits souliers à cause de son comportement sur Twitter. En 2018 déjà, il fut contraint de renoncer à sa fonction de président du conseil d'administration de Tesla suite à un accrochage avec le contrôleur boursier américain SEC. Ce dernier l'avait accusé de tromper les investisseurs de l'entreprise en évoquant sur Tweeter une possible sortie de bourse de Tesla, et il lui avait infligé une méga-amende. Le SEC avait à l'époque aussi interdit à Musk d'insérer des tweets sur un certain nombre de sujets à propos de Tesla, susceptibles d'influencer le cours boursier, sans l'approbation d'un juriste. Ces sujets concernaient entre autres les finances du constructeur automobile, les chiffres de production et l'achat ou la vente d'actions par Musk en personne.

PUBLICITÉ

Cela n'empêcha pas Musk d'être impliqué il y a quelques semaines encore dans l'action coordonnée d'investisseurs particuliers en vue de stimuler le cours de l'action de la chaîne commerciale GameStop. Il avait aidé à faire progresser le cours au moyen d'un tweet. Quelques heures plus tard, il fit de même pour l'action d'Etsy, un magasin en ligne de produits artisanaux. Et précédemment encore, il avait permis au cours du bitcoin de s'envoler en évoquant la crypto-monnaie sur les médias sociaux.

Si Musk continue d'envoyer ce genre de tweets, cela pourrait gravement impacter les futures possibilités de financement de Tesla, peut-on lire dans la plainte comptant pas moins de 105 pages et rendue publique vendredi passé par le tribunal de l'état américain du Delaware.Ce n'est pas - et de loin - la première fois que le milliardaire se retrouve dans ses petits souliers à cause de son comportement sur Twitter. En 2018 déjà, il fut contraint de renoncer à sa fonction de président du conseil d'administration de Tesla suite à un accrochage avec le contrôleur boursier américain SEC. Ce dernier l'avait accusé de tromper les investisseurs de l'entreprise en évoquant sur Tweeter une possible sortie de bourse de Tesla, et il lui avait infligé une méga-amende. Le SEC avait à l'époque aussi interdit à Musk d'insérer des tweets sur un certain nombre de sujets à propos de Tesla, susceptibles d'influencer le cours boursier, sans l'approbation d'un juriste. Ces sujets concernaient entre autres les finances du constructeur automobile, les chiffres de production et l'achat ou la vente d'actions par Musk en personne.PUBLICITÉCela n'empêcha pas Musk d'être impliqué il y a quelques semaines encore dans l'action coordonnée d'investisseurs particuliers en vue de stimuler le cours de l'action de la chaîne commerciale GameStop. Il avait aidé à faire progresser le cours au moyen d'un tweet. Quelques heures plus tard, il fit de même pour l'action d'Etsy, un magasin en ligne de produits artisanaux. Et précédemment encore, il avait permis au cours du bitcoin de s'envoler en évoquant la crypto-monnaie sur les médias sociaux.