Mercredi, six acteurs lançaient une offre indicative en vue de devenir partenaires d'un groupement de câbleurs wallons. Ce dernier devrait constituer une seule grande société en vue de proposer, en tant que puissant acteur wallon, des services 'triple play' (TV numérique, haut débit et téléphonie). La 'shortlist', à savoir la sélection des candidats intéressés, a été très vite connue, apprend-on dans le journal De Tijd d'aujourd'hui.La société flamande Telenet, pour beaucoup le grand favori, se trouve bien sur cette 'shortlist', ce qui n'est pas une surprise. De même que la luxembourgeoise Altice déjà bien représentée à Bruxelles avec Coditel, mais toujours plus puissante aussi en France (reprise d'UPC) et au Luxembourg. Quant à Cogeco, le câbleur canadien, sa présence est peut-être la plus étonnante. L'éviction de Belgacom n'est pas vraiment surprenante dans la mesure où l'entreprise s'exposerait à des problèmes vis-à-vis de la législation en matière de concurrence. De son côté, Mobistar semble surtout être la vicitime de sa propre inexpérience sur le marché du câble. Quant à ALE Teledis et Brutélé, les deux câbleurs wallons qui ne souhaitaient pas faire partie de l'association, ils ont fait une offre commune sans pour autant se retrouver sur la 'shortlist'. De Tijd avance de possibles raisons politiques, mais ne donne aucun détail. L'actionnariat minoritaire devrait être connu d'ici l'été.

Mercredi, six acteurs lançaient une offre indicative en vue de devenir partenaires d'un groupement de câbleurs wallons. Ce dernier devrait constituer une seule grande société en vue de proposer, en tant que puissant acteur wallon, des services 'triple play' (TV numérique, haut débit et téléphonie). La 'shortlist', à savoir la sélection des candidats intéressés, a été très vite connue, apprend-on dans le journal De Tijd d'aujourd'hui.La société flamande Telenet, pour beaucoup le grand favori, se trouve bien sur cette 'shortlist', ce qui n'est pas une surprise. De même que la luxembourgeoise Altice déjà bien représentée à Bruxelles avec Coditel, mais toujours plus puissante aussi en France (reprise d'UPC) et au Luxembourg. Quant à Cogeco, le câbleur canadien, sa présence est peut-être la plus étonnante. L'éviction de Belgacom n'est pas vraiment surprenante dans la mesure où l'entreprise s'exposerait à des problèmes vis-à-vis de la législation en matière de concurrence. De son côté, Mobistar semble surtout être la vicitime de sa propre inexpérience sur le marché du câble. Quant à ALE Teledis et Brutélé, les deux câbleurs wallons qui ne souhaitaient pas faire partie de l'association, ils ont fait une offre commune sans pour autant se retrouver sur la 'shortlist'. De Tijd avance de possibles raisons politiques, mais ne donne aucun détail. L'actionnariat minoritaire devrait être connu d'ici l'été.