En juin de l'année dernière, Mitsubishi avait découvert des activités anormales sur des appareils au Japon. Au terme d'une enquête interne, il est apparu que des cybercriminels s'en étaient pris à l'entreprise.

Mitsubishi Electric possède au nombre de ses clients importants le ministère japonais de la défense et le contrôleur nucléaire NRA notamment. Des entreprises d'utilité publique, des exploitants ferroviaires et des constructeurs automobiles utilisent cependant aussi les systèmes et appareils du fabricant électronique.

Il est possible que des courriels échangés entre l'entreprise et ses clients soient tombés entre les mains des cybercriminels. Selon Mitsubishi, aucune information "ultrasensible" en matière d'infrastructures par exemple n'aurait cependant été volée.

Un groupe de cybercriminels chinois est suspecté d'avoir lancé la cyber-attaque. Le gouvernement japonais a été entre-temps informé de la question. Les renseignements ciblés concernaient aussi des postulants et des employés de l'entreprise, ainsi que les divisions en charge de la vente et des technologies. Par voie de communiqué, Mitsubishi présente ses excuses pour cet incident.

En juin de l'année dernière, Mitsubishi avait découvert des activités anormales sur des appareils au Japon. Au terme d'une enquête interne, il est apparu que des cybercriminels s'en étaient pris à l'entreprise.Mitsubishi Electric possède au nombre de ses clients importants le ministère japonais de la défense et le contrôleur nucléaire NRA notamment. Des entreprises d'utilité publique, des exploitants ferroviaires et des constructeurs automobiles utilisent cependant aussi les systèmes et appareils du fabricant électronique. Il est possible que des courriels échangés entre l'entreprise et ses clients soient tombés entre les mains des cybercriminels. Selon Mitsubishi, aucune information "ultrasensible" en matière d'infrastructures par exemple n'aurait cependant été volée.Un groupe de cybercriminels chinois est suspecté d'avoir lancé la cyber-attaque. Le gouvernement japonais a été entre-temps informé de la question. Les renseignements ciblés concernaient aussi des postulants et des employés de l'entreprise, ainsi que les divisions en charge de la vente et des technologies. Par voie de communiqué, Mitsubishi présente ses excuses pour cet incident.