L'étude a été réalisée auprès de 124 adultes, dont des étudiants, des analystes financiers et des professionnels de la médecine.

Ils ont été scindés en deux groupes. La première moitié avait reçu instruction de se limiter à consulter trois fois par jour maximum ses courriels pendant une semaine. L'autre moitié devait contrôler ses courriels aussi souvent que possible (soit plus ou moins aussi fréquemment qu'ils le faisaient dans la réalité). Ensuite, les rôles ont été échangés. Les participants devaient également répondre chaque jour à des questions portant sur leur niveau de stress.

Les résultats ont montré que 'les personnes qui ne consultaient leurs courriels pas plus de trois fois par jour, étaient sensiblement moins stressés que celles qui le faisaient plus souvent', explique Kostadin Kushlev, chercheuse PHD et l'une des principales auteures de l'étude.

'La plupart des participants éprouvèrent des difficultés à ne vérifier leurs courriels qu'un certain nombre de fois par jour', indique Kushlev. 'C'est ce qui rend nos résultats si étonnants: consulter ses courriels est une tentation pour tout un chacun, même si ne pas y céder a pour effet de diminuer le niveau de stress de manière notable.'

Selon les chercheurs, les entreprises et organisations devraient donc encourager leur personnel à consulter moins leurs courriels et à moins y répondre aussi.

L'étude a été réalisée auprès de 124 adultes, dont des étudiants, des analystes financiers et des professionnels de la médecine. Ils ont été scindés en deux groupes. La première moitié avait reçu instruction de se limiter à consulter trois fois par jour maximum ses courriels pendant une semaine. L'autre moitié devait contrôler ses courriels aussi souvent que possible (soit plus ou moins aussi fréquemment qu'ils le faisaient dans la réalité). Ensuite, les rôles ont été échangés. Les participants devaient également répondre chaque jour à des questions portant sur leur niveau de stress. Les résultats ont montré que 'les personnes qui ne consultaient leurs courriels pas plus de trois fois par jour, étaient sensiblement moins stressés que celles qui le faisaient plus souvent', explique Kostadin Kushlev, chercheuse PHD et l'une des principales auteures de l'étude. 'La plupart des participants éprouvèrent des difficultés à ne vérifier leurs courriels qu'un certain nombre de fois par jour', indique Kushlev. 'C'est ce qui rend nos résultats si étonnants: consulter ses courriels est une tentation pour tout un chacun, même si ne pas y céder a pour effet de diminuer le niveau de stress de manière notable.'Selon les chercheurs, les entreprises et organisations devraient donc encourager leur personnel à consulter moins leurs courriels et à moins y répondre aussi.