La société, qui commercialise son propre service de messagerie interne, estime que Microsoft abuse de sa position dominante en combinant Teams avec ses autres logiciels Word, Excel, PowerPoint ou encore Outlook. Ce faisant, Microsoft "oblige des millions de clients à installer (Teams), bloque sa suppression et cache le coût réel pour les entreprises" utilisant Office, estime Slack dans un communiqué.

La start-up représente une "menace pour l'emprise de Microsoft sur les e-mails professionnels (avec Outlook, NDLR)" et par ricochet, "la main-mise de Microsoft sur les logiciels d'entreprise", a commenté un responsable de Slack dans le communiqué. Slack souhaiterait que l'Union européenne force Microsoft à vendre Teams comme un produit à part et non comme partie intégrante de sa suite Office.

La Commission européenne a bien reçu la plainte et va l'examiner selon ses procédures habituelles, a indiqué à l'AFP une porte-parole de la Commission.

La société, qui commercialise son propre service de messagerie interne, estime que Microsoft abuse de sa position dominante en combinant Teams avec ses autres logiciels Word, Excel, PowerPoint ou encore Outlook. Ce faisant, Microsoft "oblige des millions de clients à installer (Teams), bloque sa suppression et cache le coût réel pour les entreprises" utilisant Office, estime Slack dans un communiqué.La start-up représente une "menace pour l'emprise de Microsoft sur les e-mails professionnels (avec Outlook, NDLR)" et par ricochet, "la main-mise de Microsoft sur les logiciels d'entreprise", a commenté un responsable de Slack dans le communiqué. Slack souhaiterait que l'Union européenne force Microsoft à vendre Teams comme un produit à part et non comme partie intégrante de sa suite Office.La Commission européenne a bien reçu la plainte et va l'examiner selon ses procédures habituelles, a indiqué à l'AFP une porte-parole de la Commission.