Microsoft avait annoncé Azure Sphere, une combinaison de matériel et de services, en 2018 déjà. Le système se compose d'un microcontrôleur certifié de Microsoft, d'un ordinateur sur puce se composant de processeurs, d'un espace de stockage, d'une mémoire et des capacités IoT requises. On y trouve aussi un système d'exploitation basé sur Linux pour le microcontrôleur, ainsi qu'un système de sécurité dans le nuage (dans Azure évidemment).

L'objectif est d'offrir via le nuage une authentification et une 'threat response' (réponse aux menaces) pour les appareils déployés dans un réseau industriel par exemple. Le lien automatique avec un nuage signifie aussi que les appareils avec Azure Sphere recevront régulièrement des mises à jour. Selon Microsoft, le support est initialement prévu jusqu'en 2031. Voilà qui devrait rendre ces appareils nettement plus sûrs que la génération actuelle d'appareils IoT, dont le schéma de mises à jour est généralement proche de 'jamais'.

L'actuel Azure Sphere repose sur un microcontrôleur MediaTek MT3620, mais l'entreprise a également déjà signalé qu'elle allait collaborer avec NXP pour les puces.

Microsoft avait annoncé Azure Sphere, une combinaison de matériel et de services, en 2018 déjà. Le système se compose d'un microcontrôleur certifié de Microsoft, d'un ordinateur sur puce se composant de processeurs, d'un espace de stockage, d'une mémoire et des capacités IoT requises. On y trouve aussi un système d'exploitation basé sur Linux pour le microcontrôleur, ainsi qu'un système de sécurité dans le nuage (dans Azure évidemment).L'objectif est d'offrir via le nuage une authentification et une 'threat response' (réponse aux menaces) pour les appareils déployés dans un réseau industriel par exemple. Le lien automatique avec un nuage signifie aussi que les appareils avec Azure Sphere recevront régulièrement des mises à jour. Selon Microsoft, le support est initialement prévu jusqu'en 2031. Voilà qui devrait rendre ces appareils nettement plus sûrs que la génération actuelle d'appareils IoT, dont le schéma de mises à jour est généralement proche de 'jamais'. L'actuel Azure Sphere repose sur un microcontrôleur MediaTek MT3620, mais l'entreprise a également déjà signalé qu'elle allait collaborer avec NXP pour les puces.