L'équipe anti-spyware de Microsoft a dévoilé ce projet lors d'une conférence organisée par l'EICAR (European Institute for Computer Anti-Virus Research) à Hambourg. L'analyse du malware s'effectue actuellement encore de manière relativement statique, alors que le développement du code malfaisant et de ses variantes s'accélère.Tony Lee, développeur et responsable antivirus chez Microsoft, prétend aussi que les méthodes de classification actuelles ne suffisent pas. Il aspire à un système automatique, mais reconnaît que son développement n'est pas vraiment chose aisée. Lee l'explique dans un [rapport] consacré à la lutte contre les programmes malfaisantsEntre-temps, les discussions en ligne vont bon train à propos de la réussite ou de l'échec de l'approche faite par Microsoft de la cause de la problématique du malware. Cela concerne des brèches de sécurité dans le système d'exploitation Windows dominant le marché, le navigateur web Internet Explorer y associé et d'autres logiciels de Microsoft.

L'équipe anti-spyware de Microsoft a dévoilé ce projet lors d'une conférence organisée par l'EICAR (European Institute for Computer Anti-Virus Research) à Hambourg. L'analyse du malware s'effectue actuellement encore de manière relativement statique, alors que le développement du code malfaisant et de ses variantes s'accélère.Tony Lee, développeur et responsable antivirus chez Microsoft, prétend aussi que les méthodes de classification actuelles ne suffisent pas. Il aspire à un système automatique, mais reconnaît que son développement n'est pas vraiment chose aisée. Lee l'explique dans un [rapport] consacré à la lutte contre les programmes malfaisantsEntre-temps, les discussions en ligne vont bon train à propos de la réussite ou de l'échec de l'approche faite par Microsoft de la cause de la problématique du malware. Cela concerne des brèches de sécurité dans le système d'exploitation Windows dominant le marché, le navigateur web Internet Explorer y associé et d'autres logiciels de Microsoft.