Ces dernières années, Microsoft a, avec ses équipes et notamment la Digital Crime Unit (DCU), aidé à démanteler à plusieurs reprises déjà des cyber-organisations criminelles, comme le réseau botnet Rustock particulièrement vaste fin 2011. Pour rendre la lutte contre les cyber-délits plus efficiente encore, Microsoft a à présent regroupé des équipes techniques et juridiques au sein d'un nouveau Cybercrime Center installé sur son campus de Redmond (Etats-Unis). Les collaborateurs de Microsoft y uniront leur expertise à celle de leurs collègues au niveau mondial, ainsi que des services publics et des entreprises, clients ou partenaires. Ces derniers collaboreront alors pendant des périodes assez longues avec les experts de Microsoft dans des locaux sécurisés individuels.

Le centre dispose à cette fin d'outils sophistiqués de cyber-analyse légale, mais aussi de moyens tels SitePrint cartographiant les réseaux en ligne de crime organisé. L'on y trouve aussi PhotoDNA de lutte contre la pédopornographie (utilisé aussi par des entreprises comme Facebook et Twitter). De plus, le centre possède toutes les informations de Microsoft relatives aux événements de sécurité dans le monde, ainsi que des facilités de collaboration en mode multidisciplinaire.

Au niveau du fonctionnement et de la présentation, le Cybercrime Center a déjà été comparé avec des centres de recherche de séries télévisées telle CSI, sauf qu'il s'agit bien ici "d'un décor de film efficace", selon David Finn du service juridique de la DCU, où "l'on mène un véritable combat contre la cybercriminalité."

Ces dernières années, Microsoft a, avec ses équipes et notamment la Digital Crime Unit (DCU), aidé à démanteler à plusieurs reprises déjà des cyber-organisations criminelles, comme le réseau botnet Rustock particulièrement vaste fin 2011. Pour rendre la lutte contre les cyber-délits plus efficiente encore, Microsoft a à présent regroupé des équipes techniques et juridiques au sein d'un nouveau Cybercrime Center installé sur son campus de Redmond (Etats-Unis). Les collaborateurs de Microsoft y uniront leur expertise à celle de leurs collègues au niveau mondial, ainsi que des services publics et des entreprises, clients ou partenaires. Ces derniers collaboreront alors pendant des périodes assez longues avec les experts de Microsoft dans des locaux sécurisés individuels.Le centre dispose à cette fin d'outils sophistiqués de cyber-analyse légale, mais aussi de moyens tels SitePrint cartographiant les réseaux en ligne de crime organisé. L'on y trouve aussi PhotoDNA de lutte contre la pédopornographie (utilisé aussi par des entreprises comme Facebook et Twitter). De plus, le centre possède toutes les informations de Microsoft relatives aux événements de sécurité dans le monde, ainsi que des facilités de collaboration en mode multidisciplinaire.Au niveau du fonctionnement et de la présentation, le Cybercrime Center a déjà été comparé avec des centres de recherche de séries télévisées telle CSI, sauf qu'il s'agit bien ici "d'un décor de film efficace", selon David Finn du service juridique de la DCU, où "l'on mène un véritable combat contre la cybercriminalité."