"Les escrocs appellent leur victime, prétextant l'existence de problèmes sur son ordinateur", précise la police. "Ils essaient de lui soutirer des données confidentielles et lui demandent de surfer sur un site internet spécifique. Dès que la victime a visité ce site, les malfaiteurs peuvent en fait avoir accès à l'ordinateur de celle-ci, à distance". L'objectif des escrocs est d'installer un software malveillant sur le poste concerné pour pouvoir ensuite accéder à l'ordinateur à tout moment. Ils demandent généralement à leur victime d'êtres payés pour les "services rendus".

Microsoft et la police fédérale demandent aux citoyens de ne jamais accéder à ce genre de demandes par téléphone. "Nous envoyons toujours les informations sur les incidents de sécurisation ou les mises à jour des software par mail, aux clients abonnés aux notifications de sécurité", indique Philippe Rogge, general manager de Microsoft Belgique et Luxembourg. "Notre helpdesk n'appellera jamais de lui-même les utilisateurs finaux pour de telles communications, et certainement jamais pour demander des données personnelles ou un paiement".

Il est conseillé aux consommateurs ayant été victimes d'une telle escroquerie de déconnecter leur ordinateur d'internet et d'y effectuer un scan anti-viral. Ils peuvent également porter plainte pour hacking et sabotage auprès de leur police locale. (Belga)

"Les escrocs appellent leur victime, prétextant l'existence de problèmes sur son ordinateur", précise la police. "Ils essaient de lui soutirer des données confidentielles et lui demandent de surfer sur un site internet spécifique. Dès que la victime a visité ce site, les malfaiteurs peuvent en fait avoir accès à l'ordinateur de celle-ci, à distance". L'objectif des escrocs est d'installer un software malveillant sur le poste concerné pour pouvoir ensuite accéder à l'ordinateur à tout moment. Ils demandent généralement à leur victime d'êtres payés pour les "services rendus". Microsoft et la police fédérale demandent aux citoyens de ne jamais accéder à ce genre de demandes par téléphone. "Nous envoyons toujours les informations sur les incidents de sécurisation ou les mises à jour des software par mail, aux clients abonnés aux notifications de sécurité", indique Philippe Rogge, general manager de Microsoft Belgique et Luxembourg. "Notre helpdesk n'appellera jamais de lui-même les utilisateurs finaux pour de telles communications, et certainement jamais pour demander des données personnelles ou un paiement". Il est conseillé aux consommateurs ayant été victimes d'une telle escroquerie de déconnecter leur ordinateur d'internet et d'y effectuer un scan anti-viral. Ils peuvent également porter plainte pour hacking et sabotage auprès de leur police locale. (Belga)