Le nouveau navigateur peut être directement téléchargé pour Windows 7, 8/8.1 et 10. De plus, Microsoft a également sorti une version pour macOS, ainsi qu'un navigateur Edge mobile pour Android et iOS. Certaines versions d'Edge sur base de Chromium étaient depuis quelques mois déjà disponibles en bêta, mais à présent, il s'agit des premières variantes stables du navigateur. Chromium est le moteur open source populaire, qui constitue également la base des navigateurs Google Chrome, Vivaldi et Opera.

Sur les systèmes intégrant l'ancien navigateur Edge, ce dernier est, après le téléchargement et l'installation, automatiquement remplacé par la nouvelle version basée Chromium. Provisoirement, le navigateur ne peut pas encore être rapatrié via la méthode Windows Update. Microsoft hésite encore du fait que la nouvelle version dispose non seulement d'un autre moteur, mais aussi d'un tas de nouvelles fonctions. L'entreprise préfère par conséquent laisser le choix à l'utilisateur même.

Le passage au moteur Chromium devrait non seulement rendre Edge plus rapide, mais veiller aussi à une plus grande compatibilité avec les extensions et sites web. Autrement dit, tout ce qui bien dans Google Chrome (le navigateur le plus populaire au monde), l'est aussi dans Edge. Et pour les entreprises, il y a encore un mode Internet Explorer spécial, qui affiche sites et outils web et tourne comme le fait l'ancien navigateur de Microsoft.

Microsoft a aussi équipé le nouveau navigateur d'un mode InPrivate, une fonction comparable au mode Incognito de Google Chrome, et qui permet aux utilisateurs de surfer sans que toutes leurs manipulations soient suivies. Pour améliorer encore la confidentialité, le navigateur embarque en outre une protection contre ce qu'on appelle les 'trackers' (traceurs).

La part de marché de Microsoft Edge n'est du reste encore que d'1,76 pour cent au niveau mondial, selon les chiffres les plus récents de PreciseSecurity.com. Chrome pour les ordinateurs de bureau possède, lui, quelque 25 pour cent du marché, alors que la version Android du navigateur de Google est avec ses 33 pour cent de loin la plus répandue.

Le nouveau navigateur peut être directement téléchargé pour Windows 7, 8/8.1 et 10. De plus, Microsoft a également sorti une version pour macOS, ainsi qu'un navigateur Edge mobile pour Android et iOS. Certaines versions d'Edge sur base de Chromium étaient depuis quelques mois déjà disponibles en bêta, mais à présent, il s'agit des premières variantes stables du navigateur. Chromium est le moteur open source populaire, qui constitue également la base des navigateurs Google Chrome, Vivaldi et Opera.Sur les systèmes intégrant l'ancien navigateur Edge, ce dernier est, après le téléchargement et l'installation, automatiquement remplacé par la nouvelle version basée Chromium. Provisoirement, le navigateur ne peut pas encore être rapatrié via la méthode Windows Update. Microsoft hésite encore du fait que la nouvelle version dispose non seulement d'un autre moteur, mais aussi d'un tas de nouvelles fonctions. L'entreprise préfère par conséquent laisser le choix à l'utilisateur même.Le passage au moteur Chromium devrait non seulement rendre Edge plus rapide, mais veiller aussi à une plus grande compatibilité avec les extensions et sites web. Autrement dit, tout ce qui bien dans Google Chrome (le navigateur le plus populaire au monde), l'est aussi dans Edge. Et pour les entreprises, il y a encore un mode Internet Explorer spécial, qui affiche sites et outils web et tourne comme le fait l'ancien navigateur de Microsoft.Microsoft a aussi équipé le nouveau navigateur d'un mode InPrivate, une fonction comparable au mode Incognito de Google Chrome, et qui permet aux utilisateurs de surfer sans que toutes leurs manipulations soient suivies. Pour améliorer encore la confidentialité, le navigateur embarque en outre une protection contre ce qu'on appelle les 'trackers' (traceurs).La part de marché de Microsoft Edge n'est du reste encore que d'1,76 pour cent au niveau mondial, selon les chiffres les plus récents de PreciseSecurity.com. Chrome pour les ordinateurs de bureau possède, lui, quelque 25 pour cent du marché, alors que la version Android du navigateur de Google est avec ses 33 pour cent de loin la plus répandue.