Selon un porte-parole de Microsoft, la virtualisation est une technologie relativement nouvelle qui n'est pas encore assez mature pour être utilisée en combinaison avec des machines de production. Actuellement, ce genre de logiciel est dès lors surtout utilisé par un nombre limité d'entreprises qui souhaitent atteindre une compatibilité des applications, ainsi que par des accros de la technologie, selon l'entreprise de Redmond. Les conditions de licence sont ensuite adaptées à la situation: Windows Vista Home et Home Premium ne peuvent pas être installés dans un environnement virtualisé, tandis que Windows Vista Business et Ultimate, eux, le peuvent. Avec Windows XP, les installations virtualisées nécessitent également une nouvelle licence.Selon Michael Silver, analyste chez Gartner, Microsoft a donc décidé de limiter la liberté de choix dans le cadre de la sécurité. L'éditeur de logiciels part du principe que les consommateurs ne savent pas comment bien gérer les machines virtualisées, alors que les entreprises, elles, le sauraient. Reste cependant à savoir, selon Silver, dans quelle mesure cette conscientisation sera bien présente chez les consommateurs qui achèteront une variante plus coûteuse de Windows Vista.Dan Chu, vice-président de VMware, blâme le choix de Microsoft de n'autoriser la virtualisation que sous certaines conditions limitées. Et de mentionner ici l'utilisation quotidienne de VMware Workstation et Player par des millions et des millions de clients.

Selon un porte-parole de Microsoft, la virtualisation est une technologie relativement nouvelle qui n'est pas encore assez mature pour être utilisée en combinaison avec des machines de production. Actuellement, ce genre de logiciel est dès lors surtout utilisé par un nombre limité d'entreprises qui souhaitent atteindre une compatibilité des applications, ainsi que par des accros de la technologie, selon l'entreprise de Redmond. Les conditions de licence sont ensuite adaptées à la situation: Windows Vista Home et Home Premium ne peuvent pas être installés dans un environnement virtualisé, tandis que Windows Vista Business et Ultimate, eux, le peuvent. Avec Windows XP, les installations virtualisées nécessitent également une nouvelle licence.Selon Michael Silver, analyste chez Gartner, Microsoft a donc décidé de limiter la liberté de choix dans le cadre de la sécurité. L'éditeur de logiciels part du principe que les consommateurs ne savent pas comment bien gérer les machines virtualisées, alors que les entreprises, elles, le sauraient. Reste cependant à savoir, selon Silver, dans quelle mesure cette conscientisation sera bien présente chez les consommateurs qui achèteront une variante plus coûteuse de Windows Vista.Dan Chu, vice-président de VMware, blâme le choix de Microsoft de n'autoriser la virtualisation que sous certaines conditions limitées. Et de mentionner ici l'utilisation quotidienne de VMware Workstation et Player par des millions et des millions de clients.