C'est en 2016 que Microsoft s'est mise à supporter de manière limitée Linux dans Windows. Ce fut un coup dans le mille, puisqu'aujourd'hui, il y a plus de 3,5 millions d'appareils actifs qui font tourner Linux dans Windows et utilisent des outils et des applis WSL via des lignes de commande.

Après une première annonce l'année dernière, voici que Microsoft introduit à présent WSL2 qui sera disponible à partir de la mise à jour de mai pour Windows 10. En général, la version rénovée devrait faire tourner plus rapidement les applis et outils. De nouvelles possibilités dans l'Hypervisor Platform de Windows permettront de faire tourner des distributions et outils dans des containers sur le noyau Linux de Microsoft dans Windows 10.

Selon Microsoft, WSL2 sera de trois à six fois plus rapide que la première version de WSL. Il s'agit d'un système entièrement compatible avec le noyau Linux. WSL pourra désormais aussi être installé au moyen d'une seule commande: en tapant 'WSL.exe - install' dans Windows Terminal.

En marge de l'annonce de WSL2, Microsoft fait savoir que Docker utilise dès aujourd'hui WSL2 pour Docker Desktop for Windows. Il en résulte que les containers démarreront plus vite et nécessiteront moins de moyens de la machine sur laquelle ils tourneront.

Avenir

A brève échéance, Microsoft prépare un support de CUDA et de GPU Compute pour WSL. C'est là, selon l'entreprise, la possibilité la plus demandée par les développeurs.

Au cours des prochains mois, les utilisateurs de Windows 10 Insider (la version d'essai de Windows 10) recevront une avant-première du support de GPU Compute pour WSL. Dans un premier temps, ce sera pour Nvidia CUDA, ce qui permettra de supporter les outils Linux et les flux de travail professionnels existants.

Pour DirectML, destiné aux débutants et aux étudiants, des DirectX 12-capable GPU de différents acteurs pourront être utilisés à terme. Il y aura aussi un 'preview package' de TensorFlow avec DirectML backend, ce qui permettra une accélération agnostique au niveau hardware des charges de travail AI et ML sur le matériel Windows.

La feuille de route prévoit également que Microsoft prépare le support de l'appli Linux GUI. Cela signifie que non seulement des applis seront possibles via des lignes de commande, mais aussi que des applications graphiques Linux pourront tourner dans Windows. Microsoft cite ici l'exemple de quelqu'un qui préfère faire tourner un traitement de texte ou un IDE (environnement de développement) dans un environnement Linux, ou qui souhaite développer des applis Linux GUI sur Windows. D'ici la fin de cette année, Microsoft promet de fournir plus d'informations sur ces nouveautés.

Des explications détaillées de toutes les annonces relatives à Windows Subsystem for Linux lors de Build 2020 se trouvent ici.

C'est en 2016 que Microsoft s'est mise à supporter de manière limitée Linux dans Windows. Ce fut un coup dans le mille, puisqu'aujourd'hui, il y a plus de 3,5 millions d'appareils actifs qui font tourner Linux dans Windows et utilisent des outils et des applis WSL via des lignes de commande.Après une première annonce l'année dernière, voici que Microsoft introduit à présent WSL2 qui sera disponible à partir de la mise à jour de mai pour Windows 10. En général, la version rénovée devrait faire tourner plus rapidement les applis et outils. De nouvelles possibilités dans l'Hypervisor Platform de Windows permettront de faire tourner des distributions et outils dans des containers sur le noyau Linux de Microsoft dans Windows 10.Selon Microsoft, WSL2 sera de trois à six fois plus rapide que la première version de WSL. Il s'agit d'un système entièrement compatible avec le noyau Linux. WSL pourra désormais aussi être installé au moyen d'une seule commande: en tapant 'WSL.exe - install' dans Windows Terminal.En marge de l'annonce de WSL2, Microsoft fait savoir que Docker utilise dès aujourd'hui WSL2 pour Docker Desktop for Windows. Il en résulte que les containers démarreront plus vite et nécessiteront moins de moyens de la machine sur laquelle ils tourneront.AvenirA brève échéance, Microsoft prépare un support de CUDA et de GPU Compute pour WSL. C'est là, selon l'entreprise, la possibilité la plus demandée par les développeurs.Au cours des prochains mois, les utilisateurs de Windows 10 Insider (la version d'essai de Windows 10) recevront une avant-première du support de GPU Compute pour WSL. Dans un premier temps, ce sera pour Nvidia CUDA, ce qui permettra de supporter les outils Linux et les flux de travail professionnels existants.Pour DirectML, destiné aux débutants et aux étudiants, des DirectX 12-capable GPU de différents acteurs pourront être utilisés à terme. Il y aura aussi un 'preview package' de TensorFlow avec DirectML backend, ce qui permettra une accélération agnostique au niveau hardware des charges de travail AI et ML sur le matériel Windows.La feuille de route prévoit également que Microsoft prépare le support de l'appli Linux GUI. Cela signifie que non seulement des applis seront possibles via des lignes de commande, mais aussi que des applications graphiques Linux pourront tourner dans Windows. Microsoft cite ici l'exemple de quelqu'un qui préfère faire tourner un traitement de texte ou un IDE (environnement de développement) dans un environnement Linux, ou qui souhaite développer des applis Linux GUI sur Windows. D'ici la fin de cette année, Microsoft promet de fournir plus d'informations sur ces nouveautés.Des explications détaillées de toutes les annonces relatives à Windows Subsystem for Linux lors de Build 2020 se trouvent ici.