Le Productivity Score dans Microsoft 365 permet officiellement aux entreprises de visionner comment leur organisation utilise les outils de Microsoft et où elles peuvent éventuellement apporter des rectifications ou prévoir un support technique.

Dans la pratique, l'outil répertorie notamment combien de courriels les employés envoient quotidiennement et leur durée d'utilisation des appels vidéo, après quoi ces scores sont intégrés soigneusement dans un tableau de bord par employé. C'est spécifiquement le genre de chose qui suscite immédiatement des questions sur le respect de la vie privée, ce qui fut donc le cas la semaine dernière.

Des activistes de la confidentialité ont en effet signalé qu'un petit manager quelque peu mal luné pourrait utiliser ces scores individuels pour contrôler des employés sur base d'un score de productivité plutôt arbitraire. Tel n'est pas l'objectif, déclare-t-on chez Microsoft par la voie d'un nouveau communiqué posté sur son blog. "Nous avons écouté les réactions et effectuons à présent des ajustements au produit, afin de conserver la confidentialité des clients", signale Jared Spataro, corporate vice president Microsoft 365, sur le site. Les noms d'utilisateur notamment seront supprimés, et Microsoft ajoute vouloir indiquer plus clairement dans l'interface utilisateur que le système porte sur une adoption technologique et pas sur le comportement d'utilisateurs individuels.

En pratique, il semble que les API subsisteront tout simplement, mais qu'elles ne seront plus affichées de manière aussi granulaire. Microsoft a donc rapidement réagi, mais toute cette affaire démontre combien les données (individuelles) sont collectées par le logiciel.

Le Productivity Score dans Microsoft 365 permet officiellement aux entreprises de visionner comment leur organisation utilise les outils de Microsoft et où elles peuvent éventuellement apporter des rectifications ou prévoir un support technique.Dans la pratique, l'outil répertorie notamment combien de courriels les employés envoient quotidiennement et leur durée d'utilisation des appels vidéo, après quoi ces scores sont intégrés soigneusement dans un tableau de bord par employé. C'est spécifiquement le genre de chose qui suscite immédiatement des questions sur le respect de la vie privée, ce qui fut donc le cas la semaine dernière.Des activistes de la confidentialité ont en effet signalé qu'un petit manager quelque peu mal luné pourrait utiliser ces scores individuels pour contrôler des employés sur base d'un score de productivité plutôt arbitraire. Tel n'est pas l'objectif, déclare-t-on chez Microsoft par la voie d'un nouveau communiqué posté sur son blog. "Nous avons écouté les réactions et effectuons à présent des ajustements au produit, afin de conserver la confidentialité des clients", signale Jared Spataro, corporate vice president Microsoft 365, sur le site. Les noms d'utilisateur notamment seront supprimés, et Microsoft ajoute vouloir indiquer plus clairement dans l'interface utilisateur que le système porte sur une adoption technologique et pas sur le comportement d'utilisateurs individuels.En pratique, il semble que les API subsisteront tout simplement, mais qu'elles ne seront plus affichées de manière aussi granulaire. Microsoft a donc rapidement réagi, mais toute cette affaire démontre combien les données (individuelles) sont collectées par le logiciel.