Le trio a donc investi 40 millions de dollars en tout dans une nouvelle forme d'intelligence artificielle baptisée Vicarious. Ce logiciel, en cours de développement dans une startup de San Francisco, imite le néocortex humain, à savoir l'élément de notre cerveau en charge des fonctions cognitives telles la langue, le calcul et le raisonnement.

Imiter entièrement le néocortex est impossible, mais en en simulant une petite partie seulement, Vicarious a déjà progressé pas mal, puisque l'entreprise a créé un système capable de mieux identifier les images. Elle a du reste fait la une de l'actualité l'année dernière avec un outil destiné à résoudre les CAPTCHA, à savoir ces lettres et chiffres qu'il faut saisir dans nombre d'applications web pour prouver qu'on est un être humain.

L'objectif des investisseurs est aussi de créer des machines qui puissent mieux identifier les images ou traiter le langage. "Bref, un Siri qui fonctionne vraiment comme il devrait le faire", selon le magazine technologique Wired.

IBM et Google sont depuis quelque temps déjà occupées également à explorer les possibilités dans le domaine du cerveau artificiel.

Le trio a donc investi 40 millions de dollars en tout dans une nouvelle forme d'intelligence artificielle baptisée Vicarious. Ce logiciel, en cours de développement dans une startup de San Francisco, imite le néocortex humain, à savoir l'élément de notre cerveau en charge des fonctions cognitives telles la langue, le calcul et le raisonnement. Imiter entièrement le néocortex est impossible, mais en en simulant une petite partie seulement, Vicarious a déjà progressé pas mal, puisque l'entreprise a créé un système capable de mieux identifier les images. Elle a du reste fait la une de l'actualité l'année dernière avec un outil destiné à résoudre les CAPTCHA, à savoir ces lettres et chiffres qu'il faut saisir dans nombre d'applications web pour prouver qu'on est un être humain. L'objectif des investisseurs est aussi de créer des machines qui puissent mieux identifier les images ou traiter le langage. "Bref, un Siri qui fonctionne vraiment comme il devrait le faire", selon le magazine technologique Wired. IBM et Google sont depuis quelque temps déjà occupées également à explorer les possibilités dans le domaine du cerveau artificiel.