Cette étude a été réalisée auprès de deux mille Belges âgés de 18 à 75 ans et met en évidence un certain nombre de tendances dans notre vie numérique. C'est ainsi que 22 pour cent des Belges possèdent aujourd'hui un wearable, contre huit pour cent seulement en 2016. Dans la pratique, il s'agit surtout de montres connectées ou de traceurs de fitness. Trois participants à l'étude sur cinq utilisent l'appareil quotidiennement.

C'est le smartphone qui reste cependant l'appareil électronique personnel le plus populaire avec un taux de pénétration de 88 pour cent. Les ordinateurs portables sont toujours bien représentés avec 83 pour cent. Ils sont suivis par les tablettes (56 pour cent). Les haut-parleurs à assistance vocale commencent à percer dans les statistiques, puisque cinq pour cent environ des Belges en possèdent un à présent.

Plus d'ordinateurs portables qu'avant

Un point étonnant: le marché des ordinateurs connaît des difficultés depuis des années déjà, alors que le smartphone a atteint un point de saturation dans notre pays. Il n'empêche qu'il y a aujourd'hui nettement plus de smartphones (88 pour cent contre 74) qu'en 2016. Les ordinateurs portables (83 pour cent contre 78) et les tablettes (56 pour cent contre 52) ont eux aussi gagné entre-temps en popularité.

Accessoires

En moyenne, le Belge dispose de 5,8 accessoires pour son smartphone. Après le chargeur (fourni généralement d'origine), c'est l'étui de protection (76 pour cent) qui est l'accessoire le plus populaire, suivi par les oreillettes à fil (65 pour cent) et les cartes-mémoire (57 pour cent).

Ce qui est moins populaire, et c'est peut-être étonnant, c'est l'assurance GSM, les oreillettes sans fil, le boîtier de recharge et le chargeur sans fil.

. © Deloitte Global Mobile Consumer Survey 2019

Deloitte a également examiné les différences entre les utilisateurs Android et iPhone, d'où il ressort que les seconds achètent en moyenne plus souvent un accessoire. C'est ainsi que 88 pour cent de propriétaires d'un iPhone acquièrent un étui contre 80 pour cent des utilisateurs d'un smartphone Android.

La seule exception concerne les cartes-mémoire. Ici, 67 pour cent des utilisateurs Android en ont acheté une, contre 37 pour cent des propriétaires d'un iPhone. Il s'agit là d'une différence encore relativement petite quand on sait que l'iPhone n'a pas de connecteur pour carte-mémoire. En théorie, il existe cependant des accessoires permettant à un iPhone de lire une carte-mémoire, mais il nous semble improbable que 37 pour cent de personnes y aient recours.

Renseignements pris auprès de Deloitte, il apparaît qu'il peut y avoir eu une confusion au niveau de cette question. C'est ainsi que, selon l'entreprise, certains répondants possèdent tant un iPhone qu'un appareil Android, ou envisagent une carte-mémoire, mais pour leur caméra, voire considèrent que leur iPhone dispose d'une capacité de stockage interne supérieure à celle de la version basique.

Jeux

Dans le cadre de l'étude, on apprend en outre que plus de septante pour cent des 18-24 ans utilisent des jeux sur leur téléphone. Parmi les 25-34 ans, on en est à 64 pour cent et chez les 35-54 ans encore et toujours à 54 pour cent.

En moyenne, le nombre de propriétaires de smartphones a grimpé de neuf pour cent par rapport à l'année précédente. Ce qui est singulier, c'est qu'un peu plus de femmes (52 pour cent) que d'hommes (48 pour cent) utilisent le smartphone pour jouer. La moitié le fait à la maison et un sur trois pendant les déplacements.

La lecture de l'actualité est une activité quotidienne d'un utilisateur de smartphone sur trois. Un cinquième d'entre eux, surtout les plus jeunes, visionnent aussi des vidéos ou des 'posts' en direct.

Pour ce qui est des applications, c'est surtout Facebook qui est utilisée. "Facebook reste la plate-forme de communication la plus populaire pour toutes les catégories d'âge. 64 pour cent l'utilisent chaque jour. A la deuxième place, on trouve Instagram et Snapchat", déclare Vincent Fosty, Technology, Media & Telecommunications Industry Leader chez Deloitte Belgium.

L'étude nous apprend encore que nous gardons notre smartphone un peu plus longtemps. Aujourd'hui, 50 pour cent des appareils sont conservés entre 0 et 18 mois, contre 62 pour cent il y a quatre ans. Par contre, le nombre d'appareils achetés il y a 18 à 30 mois, 30 à 42 mois, voire plus augmente légèrement.