L'an dernier, on a écoulé 259,4 millions d'ordinateurs, en régression d'1,3 pour cent par rapport à 2017. Au quatrième trimestre de 2018, les ventes ont même reculé de 4,3 pour cent en comparaison avec la même période de l'année précédente.

"C'est précisément quand le marché des ordinateurs s'est mis à enregistrer des résultats positifs qu'il y a eu une carence de processeurs (CPU) qui a provoqué des problèmes dans la chaîne de production. Après deux trimestres de croissance, le nombre de PC vendus a diminué au quatrième trimestre", déclare Mikako Kitagawa, analyste chez Gartner.

"Le manque de processeurs a fait en sorte que les vendeurs n'ont pu répondre à la demande engendrée par la mise à niveau des ordinateurs d'entreprise. Nous nous attendons à ce que la demande soit toujours bien là en 2019, lorsque davantage de processeurs seront de nouveau disponibles." De plus, l'insécurité tant politique qu'économique dans certains pays a provoqué une régression des ventes.

Fini le point d'orgue de la période des fêtes de fin d'année

"Il a même régné de l'incertitude aux Etats-Unis, où l'économie se porte pourtant bien d'une manière générale, à cause de groupes vulnérables tels les PME. La demande issue des clients privés est en outre restée faible lors des fêtes de fin d'année. Les achats effectués durant cette période ne sont plus un facteur décisif dans le fait de vouloir acquérir un ordinateur", selon Gartner.

Au quatrième trimestre, Lenovo a dépassé HP Inc. à la première place du marché mondial (24,2 pour cent de part de marché) et ce, en partie grâce à la co-entreprise conclue par l'entreprise avec Fujitsu en mai 2018. Lenovo a enregistré aussi un solide dernier trimestre aux Etats-Unis en y réalisant une progression de 5,9 pour cent. HP Inc. occupe à présent la deuxième place avec une part de marché de 21,7 pour cent, alors que Dell se classe troisième avec 15,9 pour cent.