Ce retard n'est pas tant dû aux fournisseurs, mais surtout aux changements apportés en cours de route aux objectifs du projet, au manque d'argent et à des prises de décision guère efficientes. Les pays européens ont en outre prévu un trop faible budget pour co-supporter le déploiement, ce qui constitue également une raison importante du retard accumulé. Selon les contrôleurs, la Commission européenne ne s'est pas non plus penchée suffisamment sur tous les problèmes rencontrés.
...

Ce retard n'est pas tant dû aux fournisseurs, mais surtout aux changements apportés en cours de route aux objectifs du projet, au manque d'argent et à des prises de décision guère efficientes. Les pays européens ont en outre prévu un trop faible budget pour co-supporter le déploiement, ce qui constitue également une raison importante du retard accumulé. Selon les contrôleurs, la Commission européenne ne s'est pas non plus penchée suffisamment sur tous les problèmes rencontrés.Cela fait quinze ans déjà que l'UE prépare la modernisation douanière. Durant la période allant de 2014 à 2020 inclus, 523 millions d'euros auront été libérés, afin d'acheter, de développer et d'entretenir des systèmes IT au niveau de l'UE. Les états membres paient à présent l'addition du développement et des coûts des divers systèmes nationaux.Le bilan n'est guère réjouissant. 7 des 17 systèmes IT UCC (Union Customs Code) ne respecteront certainement pas la date-butoir de 2020. Parmi eux, on trouve aussi quelques pièces essentielles du puzzle, comme une mise à niveau de l'UCC Import Control System et de l'UCC Centralised Clearance for Import. Le graphique ci-dessous provenant du rapport montre les années de retard que chaque projet partiel accumule. Les contrôleurs affirment même formellement qu'il est possible que la nouvelle date-butoir de 2025 ne soit pas non plus rencontrée.Le rapport se termine par quatre recommandations concrètes en vue de tirer les leçons des erreurs au niveau de ce projet IT à grande échelle, et d'éviter à l'avenir ce genre de retard. Dans ces recommandations, on stigmatise surtout le fait que l'Europ doit pour ce genre de contrats IT prévoir une meilleure gouvernance et fixer dès le début un objectif clair afin de permettre d'élaborer des cadres budgétaires précis. Cela devrait aider les pays membres à prendre eux aussi de meilleures décisions quant à leurs budgets et timings. Mais les contrôleurs affirment aussi carrément qu'il faut faire grand cas d'une collaboration IT coordonnée avec les états membres, mais aussi entre eux.Une grande partie des recettes douanières est transférée au budget européen. L'année dernière, il était question de plus de 20 milliards d'euros, soit 15 pour cent du budget. "La numérisation et la modernisation des processus douaniers sont d'une importance cruciale pour l'UE", affirme Eva Lindström, membre de la Cour des Comptes européenne. "Elles doivent aider l'UE à opérer en tant que bloc commercial à grande échelle, mais aussi à faire progresser l'activité économique et la croissance, de même qu'accroître la sécurité et la sérénité des citoyens de l'UE.''