Telefonica voudrait croître, et cela passerait par le rachat de Getronics, écrit De Telegraaf. Cette nouvelle ne dépasse cependant pas le stade des rumeurs. Les analystes ne voient pas l'intérêt pour Telefonica. "Il y a de meilleures entreprises à reprendre", dit-on. Mais racheter la seule filiale espagnole de Getronics, ça, ce serait tout à fait réaliste. Getronics est activement en train d'apurer ses dettes en recourant à des réorganisations et à la vente d'activités non fondamentales. L'entreprise de services IT a déjà annoncé qu'elle voulait dorénavant se concentrer sur les Pays-Bas, la Belgique, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.Ces derniers mois, Getronics aurait également négocié avec KPN à propos d'une collaboration ou d'une reprise, sans succès.Les investisseurs ont en tout cas réagi avec enthousiasme à la nouvelle. Le cours de l'action Getronics a grimpé, hier, de 6 pour cent. Mais, écrivent les analystes, étant donné la culbute de 50 pour cent que l'action a effectuée cette année, la stabilité de celle-ci demeure très précaire.

Telefonica voudrait croître, et cela passerait par le rachat de Getronics, écrit De Telegraaf. Cette nouvelle ne dépasse cependant pas le stade des rumeurs. Les analystes ne voient pas l'intérêt pour Telefonica. "Il y a de meilleures entreprises à reprendre", dit-on. Mais racheter la seule filiale espagnole de Getronics, ça, ce serait tout à fait réaliste. Getronics est activement en train d'apurer ses dettes en recourant à des réorganisations et à la vente d'activités non fondamentales. L'entreprise de services IT a déjà annoncé qu'elle voulait dorénavant se concentrer sur les Pays-Bas, la Belgique, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.Ces derniers mois, Getronics aurait également négocié avec KPN à propos d'une collaboration ou d'une reprise, sans succès.Les investisseurs ont en tout cas réagi avec enthousiasme à la nouvelle. Le cours de l'action Getronics a grimpé, hier, de 6 pour cent. Mais, écrivent les analystes, étant donné la culbute de 50 pour cent que l'action a effectuée cette année, la stabilité de celle-ci demeure très précaire.