Les jours à venir seront, semble-t-il, estivaux et probablement épargnés par de graves orages. Mais personne ne peut nier que l'intensité des orages et d'autres phénomènes météorologiques a augmenté ces dernières années et que les inondations représentent un défi toujours plus grand à relever par les services d'assistance. Un logiciel peut leur venir en aide, comme il apparaît à Anvers. L'année dernière, Brandweer Zone Antwerpen (BZA), en partenariat avec l'imec, Vito et Hydroscan, ont préparé un modèle théorique capable de prévoir de manière très précise (jusqu'au niveau des rues) et quelque temps avant que cela ne se produise où et quand on peut craindre des inondations.

Le modèle doit veiller à ce que les pompiers puissent mieux anticiper des scénarios tempétueux possibles et ainsi mieux utiliser leurs moyens. Ce modèle, qui est actuellement testé dans la région d'Ekeren/Merksem, semble avoir bien prévu les inondations survenues à Ekeren le 19 juin. Les pompiers (Brandweer Zone Antwerpen) ont reçu ce jour-là plus de 100 appels à propos d'inondations, dont plus de la moitié en provenance d'Ekeren. Il serait par conséquent très utile à l'avenir de pouvoir prévoir plus précisément ces orages et leur impact.

Le modèle exploite notamment les images radar en temps réel pour analyser les nuages porteurs d'eau, en plus des données de pluviomètres et de capteurs du niveau aquifère. Les égouts sont cartographiés, et les capteurs installés dans ces derniers mesurent en temps réel le débit de l'eau. "La combinaison de modèles de calcul puissants et innovants avec des données en temps réel permettra de fournir des informations précises aux officiers des pompiers", déclare John Baekelmans, vice-président de l'imec et lui-même un ex-officier de pompiers. "Ils pourront ainsi prendre des décisions proactives et donc plus judicieuses."

"Les premiers résultats des tests montrent que les pompiers sont à même de prendre des décisions plus efficientes et effectives grâce à ce 'flooding tool' (outil de prévision d'inondation). Et cela ne peut que profiter aux citoyens, qui peuvent ainsi être aidés plus rapidement et efficacement", explique Bert Brugghemans, commandant de zone de BZA. Les différents partenaires souhaitent aussi donner suite à ce projet. L'objectif est de passer en revue toute la région couverte par le corps de pompiers. De plus, un peaufinage du modèle est également au programme.

Les orages de mercredi ont été un test réussi

Les orages qui se sont manifestés le 19 juin ont représenté un test grandeur nature du modèle de calcul. L'IRM avait ce jour là déclenché le code orange à 16H37'. Le modèle testé avait cependant prévu très concrètement une demi-heure plus tôt déjà qu'Ekeren allait être gravement touchée. C'est ainsi que l'un des capteurs installés dans les égouts avait déjà envoyé un premier appel aux pompiers à 16 heures environ et un second à 18 heures signalant un débit maximum. A 18H19', il fit savoir que la rue était entièrement inondée. "Ces données peuvent donc nous donner à l'avenir une avance vraiment suffisante pour organiser nos moyens de manière optimale", réagit-on chez les pompiers anversois.