Selon l'agence de presse Reuters, l'autorité néerlandaise en charge des données personnelles a découvert des problèmes de confidentialité lors du test d'un ajustement dans Windows 10, lequel devait à son tour adapter d'autres obstacles au respect de la vie privée. Or, cette opération aurait donc révélé de nouvelles infractions.

'Microsoft a respecté les accords convenus', déclare l'autorité à Reuters. 'Mais le contrôle a quand même révélé que l'entreprise collecte à distance d'autres données d'utilisateurs. Voilà pourquoi Microsoft contreviendrait encore et toujours à la loi sur le respect de la vie privée.'

Les résultats du test ont été envoyés le mois dernier déjà à l'autorité irlandaise en charge de la protection des données. Cette dernière va maintenant examiner l'affaire plus en profondeur. Il en va ainsi, parce que Microsoft a installé son siège européen en Irlande. Des premiers contacts ont déjà été pris aussi avec Microsoft à propos de cette nouvelle affaire.

De son côté, Microsoft déclare à Reuters vouloir protéger le respect de la vie privée de ses clients et avoir précédemment déjà amélioré ses règles de confidentialité pour les individus et les petites entreprises.

Le mois dernier encore, un rapport gouvernemental néerlandais lançait une mise en garde à l'encontre d'Office 365, ici encore pour des raisons de non-respect de la vie privée. On avait en effet constaté que des données d'utilisateurs étaient transférées aux Etats-Unis pour aboutir finalement et notamment dans une entreprise de profilage. Dans notre pays, il y a aussi un problème avec une banque de données du SPF Finances, fonctionnant uniquement via un compte Microsoft, ce qui fait que les utilisateurs doivent décliner des données personnelles. Or le GDPR l'interdit.