Selon un porte-parole de la Commission européenne, les pays membres sont d'accord sur le principe du système. S'ensuivra dans les semaines à venir un test dans les quatre pays. Dans la partie de stockage, les données des individus seront cryptées et rendues anonymes, sans stockage central. Les pays membres de l'UE se sont aussi mis d'accord sur un certain nombre d'autres spécifications techniques pour les applis anti-corona, afin qu'elles garantissent un échange sûr des données avec un autre pays.

Rôle crucial

'A l'approche de la saison touristique, il est important de veiller à ce que les citoyens de l'UE puissent aussi utiliser leur appli nationale dans un autre état membre', déclare le commissaire européen Thierry Breton (en charge du marché interne). Dans beaucoup de pays de l'UE, toujours plus de mesures anti-corona strictes sont ou seront assouplies. Ces applis peuvent dès lors jouer un rôle crucial dans le suivi des contaminations. Six états membres utilisent entre-temps déjà une telle appli, et onze autres viendront s'y ajouter durant l'été, selon la Commission.

'J'invite les Européens à utiliser ces applis', affirme la commissaire européenne en charge de la santé publique, Stella Kyriakides. 'Elles ne seront efficientes que si elles sont utilisées à grande échelle et que si elles sont harmonisées.'

Selon un porte-parole de la Commission européenne, les pays membres sont d'accord sur le principe du système. S'ensuivra dans les semaines à venir un test dans les quatre pays. Dans la partie de stockage, les données des individus seront cryptées et rendues anonymes, sans stockage central. Les pays membres de l'UE se sont aussi mis d'accord sur un certain nombre d'autres spécifications techniques pour les applis anti-corona, afin qu'elles garantissent un échange sûr des données avec un autre pays.'A l'approche de la saison touristique, il est important de veiller à ce que les citoyens de l'UE puissent aussi utiliser leur appli nationale dans un autre état membre', déclare le commissaire européen Thierry Breton (en charge du marché interne). Dans beaucoup de pays de l'UE, toujours plus de mesures anti-corona strictes sont ou seront assouplies. Ces applis peuvent dès lors jouer un rôle crucial dans le suivi des contaminations. Six états membres utilisent entre-temps déjà une telle appli, et onze autres viendront s'y ajouter durant l'été, selon la Commission.'J'invite les Européens à utiliser ces applis', affirme la commissaire européenne en charge de la santé publique, Stella Kyriakides. 'Elles ne seront efficientes que si elles sont utilisées à grande échelle et que si elles sont harmonisées.'