L'équipe d'Eindhoven s'était qualifiée pour la finale pour la douzième fois consécutive et a remporté le titre pour la cinquième fois. En 2017, elle avait également rencontré la Chine en finale, mais avait cette fois été battue.

Les robots (de la hauteur d'une table) qui participent à la Middle Size League, s'affrontent par équipes de cinq avec un véritable ballon de football. Les rencontres se disputent en deux mi-temps d'un quart d'heure sur un terrain de 18 x 12 mètres. Les robots sont programmés, mais dès que le coup d'envoi est donné, ils jouent de manière complètement indépendante, réduisant les humains au rôle de spectateurs. Les robots disposent de capteurs leur permettant d'analyser la situation du jeu. Ils communiquent sans fil avec leurs coéquipiers. Actuellement, ils sont déjà capables d'effectuer des passes en profondeur.

La finale fut vraiment passionnante. Les Pays-Bas, qui étaient menés au score, n'ont égalisé qu'en fin de partie. Dans la prolongation, les robots néerlandais sont parvenus à scorer encore à deux reprises.

Cette compétition est organisée depuis 1997 déjà. Ces dernières années, la Middle Size League s'est vu complétée par des catégories supplémentaires, mais qui sont moins agréables à suivre pour les fans de football. C'est ainsi que dans le cadre de l'Humanoid League, si les robots ressemblent le plus à des humains, le jeu s'avère encore lent et laborieux. Les robots ne peuvent y utiliser que des capteurs similaires aux sens de l'homme.

Vaincre des joueurs humains en 2050?

Chaque année, l'équipe gagnante doit partager son software avec tous les participants. L'objectif d'un tel événement est en effet d'accélérer les développements robotiques et l'intelligence artificielle. Le but ultime a été fixé en 2050: à cette date, les robots footballeurs devraient pouvoir l'emporter sur les champions du monde humains.