Les Pays-Bas adeptes du pistage wifi uniquement dans des cas exceptionnels

03/12/18 à 14:01 - Mise à jour à 14:01

Les gens ne peuvent être suivis numériquement, lorsqu'ils arpentent un centre commercial ou une gare. Des techniques telles le pistage wifi enfreignent le respect de la vie privée, selon la Nederlandse Autoriteit Persoonsgegevens.

Les Pays-Bas adeptes du pistage wifi uniquement dans des cas exceptionnels

© Getty Images/iStockphoto

Pour cette autorité, ce genre de pistage ne peut se faire que dans des conditions très strictes, par exemple quand cela'est rendu nécessaire pour des raisons de sécurité.

Dans le cas du pistage wifi, le signal du téléphone mobile est contrôlé, lorsque l'appareil tente d'établir une connexion avec un réseau wifi. Les magasins peuvent ainsi voir combien de personnes se trouvent à l'intérieur, combien y entrent, ce qu'elles regardent et pendant combien de temps. Ce sont là des informations intéressantes pour un entrepreneur, mais le respect de la vie privée des gens est plus important encore. Suivre des personnes, c'est possible, si "celles qui déambulent dans un espace délimité'' donnent leur consentement explicite, mais selon l'Autoriteit Persoonsgegevens "cela n'est provisoirement pas exécutable''.

Le contrôleur du respect de la vie privée néerlandais s'était il y a deux ans déjà exprimé sur le pistage wifi dans les espaces publics, donc des passants dans la rue. Mais il subsistait la zone d'ombre de gens circulant dans un "espace semi-public'', comme sur des quais de gare ou dans des centres commerciaux. A ce propos, le président de l'Autoriteit, Aleid Wolfsen, est très clair: "Il n'y a quasiment aucune raison légitimant le suivi de gens effectuant leurs achats ou de voyageurs.''

Aujourd'hui déjà, y compris chez nous en Belgique, des flux de personnes sont suivis pour mesurer par exemple la densité de manifestations ou la fréquentation de rues commerçantes. Il y a deux semaines, un projet a vu le jour en vue de mettre en oeuvre une technique similaire (utilisant surtout le signal GSM plutôt que le wifi) pour passer en revue les flux de migrants dans notre pays.

Nos partenaires