Calculer le montant du revenu de remplacement des malades de longue durée est "une opération complexe", soulignent les deux mutualités. "Vu le nombre croissant de malades de longue durée et la complexité croissante de la législation, les mutualités ont besoin d'une technologie ultramoderne" pour y parvenir.

Les besoins étant identiques pour les deux mutualités, celles-ci ont décidé de s'allier et de choisir une même application. "Nous avons les mêmes besoins, inutile donc de réinventer la roue chacun de son côté", souligne le directeur général adjoint des Mutualités libres, Bernard Geubelle, cité dans un communiqué.

La collaboration entre les Mutualités libres et chrétiennes ne s'arrête pas à cette seule application: elles partageront à l'avenir d'autres applications existantes ou de nouvelles, précise le communiqué. "Aucune donnée ne sera partagée entre les mutualités. Nous ne faisons qu'utiliser le même moteur", insiste la directrice générale assurance maladie aux Mutualités chrétiennes, Ingrid Fleurquin.

Calculer le montant du revenu de remplacement des malades de longue durée est "une opération complexe", soulignent les deux mutualités. "Vu le nombre croissant de malades de longue durée et la complexité croissante de la législation, les mutualités ont besoin d'une technologie ultramoderne" pour y parvenir.Les besoins étant identiques pour les deux mutualités, celles-ci ont décidé de s'allier et de choisir une même application. "Nous avons les mêmes besoins, inutile donc de réinventer la roue chacun de son côté", souligne le directeur général adjoint des Mutualités libres, Bernard Geubelle, cité dans un communiqué.La collaboration entre les Mutualités libres et chrétiennes ne s'arrête pas à cette seule application: elles partageront à l'avenir d'autres applications existantes ou de nouvelles, précise le communiqué. "Aucune donnée ne sera partagée entre les mutualités. Nous ne faisons qu'utiliser le même moteur", insiste la directrice générale assurance maladie aux Mutualités chrétiennes, Ingrid Fleurquin.