La concurrence fait rage dans le secteur du paiement électronique. "C'est une bonne affaire pour les commerçants comme pour les consommateurs, tant en termes de choix que de tarifs", commente Mme Vandepeute. Elle se félicite d'offrir aux Belges une solution locale. "Nous sommes une entreprise de taille modérée qui peut réagir rapidement aux demandes des commerçants. Les grands acteurs du secteur arrivent avec des solutions standard."

La possibilité de "retenir" ses données répond à une demande des grandes enseignes, précise la CEO, qui refuse de donner l'identité de la première à en bénéficier.

Les nouvelles manières de payer poursuivent par ailleurs leur croissance exponentielle. Le sans contact a ainsi représenté 116 millions des 1,43 milliard de transactions Bancontact l'an dernier, et ce alors que le potentiel de développement du nombre de terminaux adapté est encore énorme.

L'application Payconiq by Bancontact a elle servi à effectuer 65 millions de transactions, principalement en scannant un code QR.

La concurrence fait rage dans le secteur du paiement électronique. "C'est une bonne affaire pour les commerçants comme pour les consommateurs, tant en termes de choix que de tarifs", commente Mme Vandepeute. Elle se félicite d'offrir aux Belges une solution locale. "Nous sommes une entreprise de taille modérée qui peut réagir rapidement aux demandes des commerçants. Les grands acteurs du secteur arrivent avec des solutions standard."La possibilité de "retenir" ses données répond à une demande des grandes enseignes, précise la CEO, qui refuse de donner l'identité de la première à en bénéficier.Les nouvelles manières de payer poursuivent par ailleurs leur croissance exponentielle. Le sans contact a ainsi représenté 116 millions des 1,43 milliard de transactions Bancontact l'an dernier, et ce alors que le potentiel de développement du nombre de terminaux adapté est encore énorme. L'application Payconiq by Bancontact a elle servi à effectuer 65 millions de transactions, principalement en scannant un code QR.