Les cafés internet proposent à un prix relativement modeste de 100 yens (0,63 EUR) un petit espace avec ordinateur, chaise et TV. Certains offrent même une boisson gratuite ou disposent de douches. Ces jeunes qui se retrouvent dans ces cafés internet sont souvent des personnes qui changent fréquemment d'emploi et se retrouvent (temporairement) sans employeur. Ils sont un 'dommage collatéral' de la crise économique qui sévit depuis 10 ans et modifie le comportement des jeunes face au marché du travail.

Ces jeunes ne passent pas seulement la nuit dans ces cafés internet, mais se retrouvent aussi souvent dans les saunas ou les 'fastfoods' qui restent ouverts 24 h sur 24. De telles évolutions constitueraient par ailleurs un danger pour la santé publique. Pour preuve, voici un an, 13 visiteurs d'un café internet de la banlieue ouest de Tokyo auraient été atteints de la tuberculose, après avoir été contaminés dans le café.

Les cafés internet proposent à un prix relativement modeste de 100 yens (0,63 EUR) un petit espace avec ordinateur, chaise et TV. Certains offrent même une boisson gratuite ou disposent de douches. Ces jeunes qui se retrouvent dans ces cafés internet sont souvent des personnes qui changent fréquemment d'emploi et se retrouvent (temporairement) sans employeur. Ils sont un 'dommage collatéral' de la crise économique qui sévit depuis 10 ans et modifie le comportement des jeunes face au marché du travail. Ces jeunes ne passent pas seulement la nuit dans ces cafés internet, mais se retrouvent aussi souvent dans les saunas ou les 'fastfoods' qui restent ouverts 24 h sur 24. De telles évolutions constitueraient par ailleurs un danger pour la santé publique. Pour preuve, voici un an, 13 visiteurs d'un café internet de la banlieue ouest de Tokyo auraient été atteints de la tuberculose, après avoir été contaminés dans le café.