HubSpot, 16ème l'année dernière, est en 2019 l'employeur le plus populaire. L'éditeur de logiciels est suivi par le consultant Bain & Company (connu notamment pour être le nouvel employeur de Dominique Leroy) et par DocuSign, spécialisée en signatures électroniques.

Facebook a reculé de la 7ème à la 23ème place du classement, et Google de la 8ème à la 11ème. Il y a deux ans encore, Facebook était l'employeur le plus populaire, et Google figurait toujours dans le top dix ces huit dernières années. En 2015, cette dernière dominait même le classement. Ces entreprises offrent pas mal d'avantages comme les repas gratuits, les déplacements gratuits entre le domicile et le lieu de travail, les lavoirs automatiques gratuits eux aussi, ainsi que des espaces de jeu.

Il n'empêche que cela ne suffit plus aux employés. Des collaborateurs de Google notamment n'apprécient pas l'approche de leur entreprise en matière de comportements sexuels déplacés, de relations avec les syndicats et de quelques projets controversés, tels que le développement d'une intelligence artificielle pour l'armée américaine ou celui d'un moteur de recherche à censure pour le marché chinois. Pour sa part, Facebook n'en finit pas avec les scandales à caractère politique. C'est surtout la direction de l'entreprise qui en prend pour son grade. Le personnel de Facebook dénonce avec véhémence l'équilibre vie privée/vie professionnelle.

D'autres géants technologiques ne sont plus aussi attractifs qu'avant non plus. Apple, autrefois bien ancrée dans le top 25, s'était classée à la 71ème place l'année dernière et même à la 84ème en 2019. Pour la douzième année consécutive, Amazon n'atteint même pas le top 100. Quant à LinkedIn, elle est passée de la 6ème à la 12ème place, et Salesforce de la 11ème à la 34ème.

Il y a cependant aussi des exceptions. C'est ainsi que Microsoft est remontée du 34ème au 21ème rang et que le fondeur de puces Nvidia a grimpé de 36ème à la 20ème place. De son côté, Slack fait son apparition au 69ème rang.

HubSpot, 16ème l'année dernière, est en 2019 l'employeur le plus populaire. L'éditeur de logiciels est suivi par le consultant Bain & Company (connu notamment pour être le nouvel employeur de Dominique Leroy) et par DocuSign, spécialisée en signatures électroniques.Facebook a reculé de la 7ème à la 23ème place du classement, et Google de la 8ème à la 11ème. Il y a deux ans encore, Facebook était l'employeur le plus populaire, et Google figurait toujours dans le top dix ces huit dernières années. En 2015, cette dernière dominait même le classement. Ces entreprises offrent pas mal d'avantages comme les repas gratuits, les déplacements gratuits entre le domicile et le lieu de travail, les lavoirs automatiques gratuits eux aussi, ainsi que des espaces de jeu.Il n'empêche que cela ne suffit plus aux employés. Des collaborateurs de Google notamment n'apprécient pas l'approche de leur entreprise en matière de comportements sexuels déplacés, de relations avec les syndicats et de quelques projets controversés, tels que le développement d'une intelligence artificielle pour l'armée américaine ou celui d'un moteur de recherche à censure pour le marché chinois. Pour sa part, Facebook n'en finit pas avec les scandales à caractère politique. C'est surtout la direction de l'entreprise qui en prend pour son grade. Le personnel de Facebook dénonce avec véhémence l'équilibre vie privée/vie professionnelle.D'autres géants technologiques ne sont plus aussi attractifs qu'avant non plus. Apple, autrefois bien ancrée dans le top 25, s'était classée à la 71ème place l'année dernière et même à la 84ème en 2019. Pour la douzième année consécutive, Amazon n'atteint même pas le top 100. Quant à LinkedIn, elle est passée de la 6ème à la 12ème place, et Salesforce de la 11ème à la 34ème.Il y a cependant aussi des exceptions. C'est ainsi que Microsoft est remontée du 34ème au 21ème rang et que le fondeur de puces Nvidia a grimpé de 36ème à la 20ème place. De son côté, Slack fait son apparition au 69ème rang.