"Je te paie un verre là-bas", a dit un jour à Pieter De Troyer quelqu'un qui ne pouvait pas se rendre à l'un ou l'autre événement. "Comment vas-tu le payer, si tu n'es pas là ?", a-t-il répondu en riant. Mais la question l'a fait réfléchir. "C'est comme ça que m'est venue l'idée : il devrait y avoir un système permettant de nous offrir mutuellement un verre", explique De Troyer. "Il y a deux ans, j'ai décidé de faire breveter cette idée et j'ai cherché un développeur pour la mettre en pratique."

Pieter De Troyer a fondé Coupon Solutions l'an dernier. Au départ, il voulait se concentrer sur les transactions dans l'horeca, mais il a finalement décidé de cibler d'abord les festivals. C'est ainsi que l'application Swipedrinks a vu le jour. "Dans les festivals, vous devez parfois faire la file pendant longtemps pour commander des tickets. Notre application vous permet de les acheter pendant ou même avant le festival. Au bar, il vous suffit ensuite de payer avec les jetons (tokens) de votre smartphone. De plus, vous pouvez facilement offrir un verre à quelqu'un en lui transférant des tickets."

Selon Pieter De Troyer, la seule concurrence vient de Bancontact/Payconiq qui, depuis cet été, peut être utilisé pour les paiements mobiles dans une vingtaine de festivals. Avec l'application Payconiq, vous scannez un code QR pour charger un bracelet ou une carte avec lesquels vous pouvez ensuite payer au bar. Il est toutefois possible que vous deviez faire la file pendant une demi-heure pour récupérer cette carte. "Chez nous, tout se fait via le smartphone et les festivaliers en disposent immédiatement", explique le fondateur de Coupon Solutions. "L'élément innovant de notre programme réside dans le fait que vous pouvez non seulement gérer vos tickets de boisson, mais aussi les communiquer. S'il vous reste des tickets après le festival, vous pouvez offrir un verre à vos amis sur le site de l'événement."

© .

Le baptême du feu pour Swipedrinks aura lieu ce week-end à Rock Zottegem. "Ce sera un test important. Nous serons présents sur un stand pour faire découvrir l'application aux gens." Évidemment, les visiteurs de Rock Zottegem pourront aussi continuer à payer sans smartphone. "Nous pensons qu'il est important que notre système soit complémentaire", explique Pieter De Troyer.

Que se passe-t-il si les festivaliers perdent leur smartphone, si leur batterie est déchargée ou si leurs données mobiles sont épuisées ? "Ils peuvent alors se connecter à l'appareil de quelqu'un d'autre pour se procurer des tickets" répond Pieter De Troyer. Et si le réseau mobile tombe en panne ou si l'application se plante ? "Les données de ceux à qui il reste des tickets et leur nombre restent dans le cloud. Si un tel scénario catastrophe se produit, nous pouvons rembourser tout le monde pendant le festival."

Les utilisateurs n'ont pas à s'inquiéter : leur consommation d'alcool pendant les festivals ne sera pas communiquée. "Nous n'utiliserons pas ces données à d'autres fins", promet le fondateur. Le modèle commercial qu'il envisage repose plutôt sur des frais de transaction minimes, éventuellement combinés à des frais de licence. "Nous voulons que le système reste le moins cher et le plus accessible possible."

Pieter De Troyer travaille comme psychothérapeute et considère l'entrepreneuriat comme un passe-temps. Il a réuni lui-même le capital de départ nécessaire à la demande de brevet et au développement de l'application (plusieurs milliers d'euros). Son père, ses deux frères et deux amis ont immédiatement décidé de participer. Il attend avec impatience qu'un premier investisseur lui permette de se développer et de déployer davantage le système.

Originaire de Flandre orientale, Pieter De Troyer est un Flamand ambitieux. "Nous avons promis l'exclusivité à l'organisateur de Rock Zottegem, mais d'ici l'été prochain, nous voulons aussi séduire les autres festivals. Cependant, nous voyons les choses en grand. Par exemple, nous avons remarqué que le monde du football était intéressé par l'utilisation de Swipedrinks dans les stades. À terme, nous voulons aussi déployer notre application à l'international."