Le projet de ce qu'on appelle là-bas l'Office of Critical Technologies and Security, figure dans une proposition de loi déposée par le sénateur démocrate Mark Warner et son homologue républicain Marco Rubio.

L'instance devra, par le truchement de diverses agences gouvernementales, éviter que des autorités étrangères puissent voler de la technologie. Et de cibler principalement la Chine, avec qui les Etats-Unis mènent actuellement une guerre commerciale.

En plus d'empêcher que de la technologie américaine ne tombe indûment entre des mains étrangères, la future instance devra aussi veiller à ce que les lignes d'approvisionnement, tant des pouvoirs publics qu'en dehors, ne puissent être menacées par leur dépendance à des fabricants étrangers.

Vu les accusations régulières lancées par les Etats-Unis à l'encontre de la Chine ou des entreprises chinoises, il y a de fortes chances pour que la proposition de loi soit agréée. L'on ne sait cependant pas encore clairement quand cette instance pourrait démarrer et dans quelle mesure elle aurait un impact sur, par exemple, les relations entre les entreprises technologiques américaines et européennes.