En outre, le gouvernement Trump s'intéresse, selon lui, de plus près aussi à l'appli de vidéos populaire TikTok. Le géant commercial web Alibaba, qui est aussi ciblé par les Etats-Unis, n'est, lui, temporairement pas inquiété.

Tout comme TikTok, Huawei est suspectée de pratiques d'espionnage par les Etats-Unis. Les Américains avaient précédemment déjà placé l'entreprise chinoise sur une liste noire, parce qu'elle représenterait un danger pour la sécurité nationale américaine. A en croire Ross, 38 partenaires d'Huawei sont ajoutés à la liste noire, pour éviter ainsi qu'Huawei ne puisse contourner les contrôles américains à l'exportation pour se voir livrer des composants électroniques développés ou produits à l'aide de la technologie américaine, apprend-on.

Le président Donald Trump avait précédemment déjà recommandé par décret que TikTok soit interdite aux Etats-Unis à partir de la mi-septembre, à moins que sa branche américaine ne soit revendue. Selon des politiciens américains, l'appli de vidéos populaire collecte trop de données de ses utilisateurs, lesquelles tomberaient ensuite entre les mains des autorités chinoises.

Improbable

Selon la société-mère de TikTok, ByteDance, une revente est improbable, comme annoncé précédemment déjà. Au lieu de cela, l'entreprise chinoise souhaiterait contester la décision de Trump de lui imposer un interdit. Selon Ross, c'est l'affaire TikTok qui est pour l'instant examinée.

Trump avait précédemment aussi déclaré vouloir interdire le géant chinois du commerce web Alibaba aux Etats-Unis. Ross signale maintenant qu'aucune mesure formelle n'a encore été prise dans cette affaire. En outre, il n'hésite pas à évoquer en termes élogieux les achats des produits agricoles américains par la Chine, conformément à des accords commerciaux précédemment conclus entre les deux puissances économiques.

En outre, le gouvernement Trump s'intéresse, selon lui, de plus près aussi à l'appli de vidéos populaire TikTok. Le géant commercial web Alibaba, qui est aussi ciblé par les Etats-Unis, n'est, lui, temporairement pas inquiété.Tout comme TikTok, Huawei est suspectée de pratiques d'espionnage par les Etats-Unis. Les Américains avaient précédemment déjà placé l'entreprise chinoise sur une liste noire, parce qu'elle représenterait un danger pour la sécurité nationale américaine. A en croire Ross, 38 partenaires d'Huawei sont ajoutés à la liste noire, pour éviter ainsi qu'Huawei ne puisse contourner les contrôles américains à l'exportation pour se voir livrer des composants électroniques développés ou produits à l'aide de la technologie américaine, apprend-on.Le président Donald Trump avait précédemment déjà recommandé par décret que TikTok soit interdite aux Etats-Unis à partir de la mi-septembre, à moins que sa branche américaine ne soit revendue. Selon des politiciens américains, l'appli de vidéos populaire collecte trop de données de ses utilisateurs, lesquelles tomberaient ensuite entre les mains des autorités chinoises.ImprobableSelon la société-mère de TikTok, ByteDance, une revente est improbable, comme annoncé précédemment déjà. Au lieu de cela, l'entreprise chinoise souhaiterait contester la décision de Trump de lui imposer un interdit. Selon Ross, c'est l'affaire TikTok qui est pour l'instant examinée.Trump avait précédemment aussi déclaré vouloir interdire le géant chinois du commerce web Alibaba aux Etats-Unis. Ross signale maintenant qu'aucune mesure formelle n'a encore été prise dans cette affaire. En outre, il n'hésite pas à évoquer en termes élogieux les achats des produits agricoles américains par la Chine, conformément à des accords commerciaux précédemment conclus entre les deux puissances économiques.