WeChat, propriété du grand groupe technologique Tencent, est conne en dehors de la Chine comme un service de clavardage, même si les Chinois peuvent régler à peu près tout avec cette appli, y compris faire leurs emplettes. Quant à AliExpress d'Alibaba, elle est aussi connue chez nous en tant que plate-forme où on peut acheter quasiment tout.

Compliquer la production et la vente

Ce qui est étonnant, c'est qu'AliExpress n'est pas le seul service d'Alibaba à figurer sur cette liste noire. Taobao, qui appartient donc au même groupe, y apparaît depuis assez longtemps déjà, tout comme son concurrent Pinduoduo. Le service 'cloud' du moteur de recherche Baidu et le fournisseur de services d'e-commerce DHgate.com sont aussi des firmes chinoises qui s'y trouvent. Neuf marchés physiques chinois y figurent également.

Avec cette liste, les Etats-Unis veulent démontrer qu'ils en font plus pour s'opposer à la production et à la vente d'articles factices. Les Américains pointent depuis quelque temps déjà la Chine du doigt comme étant la principale source de désinformation.

WeChat, propriété du grand groupe technologique Tencent, est conne en dehors de la Chine comme un service de clavardage, même si les Chinois peuvent régler à peu près tout avec cette appli, y compris faire leurs emplettes. Quant à AliExpress d'Alibaba, elle est aussi connue chez nous en tant que plate-forme où on peut acheter quasiment tout.Ce qui est étonnant, c'est qu'AliExpress n'est pas le seul service d'Alibaba à figurer sur cette liste noire. Taobao, qui appartient donc au même groupe, y apparaît depuis assez longtemps déjà, tout comme son concurrent Pinduoduo. Le service 'cloud' du moteur de recherche Baidu et le fournisseur de services d'e-commerce DHgate.com sont aussi des firmes chinoises qui s'y trouvent. Neuf marchés physiques chinois y figurent également.Avec cette liste, les Etats-Unis veulent démontrer qu'ils en font plus pour s'opposer à la production et à la vente d'articles factices. Les Américains pointent depuis quelque temps déjà la Chine du doigt comme étant la principale source de désinformation.