Quatre agences publiques américaines émettent une cybersecurity alert technique, dans laquelle elles mettent en garde contre la pratique. Il est question d'une méthode d'attaque qui existe depuis 2016, mais qui refait surface depuis février de cette année et se manifeste aujourd'hui assez souvent et de manière plus sophistiquée.

Selon l'avertissement émis, plusieurs variantes du malware sont utilisées pour pénétrer dans les réseaux de banques, dans les guichets automatiques ou dans les systèmes des points de vente (caisses).

La technique de distribution de grandes quantités de cash ou de virements frauduleux devrait, selon les Etats-Unis, aider le gouvernement nord-coréen à mettre la main sur des moyens financiers. En raison des nombreuses sanctions auxquelles elle est soumise, la dictature en place est quasiment livrée à elle-même et doit recourir à d'autres stratagèmes pour s'assurer des rentrées.

L'avertissement ne donne guère de détails sur les lieux où cette pratique est utilisée. Selon lui, le problème touche le monde entier. Dans le passé, les attaques ciblaient surtout des banques en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique.

Cette pratique fait penser à Bpost qui, cet été, a vidé préventivement 89 distributeurs automatiques de billets pour éviter tout piratage. Précédemment, Argenta avait aussi eu recours à ce genre de mesure. Mais on ne sait pas clairement si ces actions des deux banques étaient liées à la pratique de piratage nord-coréenne.

Quatre agences publiques américaines émettent une cybersecurity alert technique, dans laquelle elles mettent en garde contre la pratique. Il est question d'une méthode d'attaque qui existe depuis 2016, mais qui refait surface depuis février de cette année et se manifeste aujourd'hui assez souvent et de manière plus sophistiquée.Selon l'avertissement émis, plusieurs variantes du malware sont utilisées pour pénétrer dans les réseaux de banques, dans les guichets automatiques ou dans les systèmes des points de vente (caisses).La technique de distribution de grandes quantités de cash ou de virements frauduleux devrait, selon les Etats-Unis, aider le gouvernement nord-coréen à mettre la main sur des moyens financiers. En raison des nombreuses sanctions auxquelles elle est soumise, la dictature en place est quasiment livrée à elle-même et doit recourir à d'autres stratagèmes pour s'assurer des rentrées.L'avertissement ne donne guère de détails sur les lieux où cette pratique est utilisée. Selon lui, le problème touche le monde entier. Dans le passé, les attaques ciblaient surtout des banques en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique.Cette pratique fait penser à Bpost qui, cet été, a vidé préventivement 89 distributeurs automatiques de billets pour éviter tout piratage. Précédemment, Argenta avait aussi eu recours à ce genre de mesure. Mais on ne sait pas clairement si ces actions des deux banques étaient liées à la pratique de piratage nord-coréenne.