Il devrait y avoir un système qui mette en garde de manière précoce contre les perturbations dans la chaîne d'approvisionnement des semi-conducteurs. Les Etats-Unis et l'UE espèrent ainsi éviter une surenchère entre les pays occidentaux à propos de ces composants technologiques cruciaux. L'Union européenne dispose depuis assez longtemps déjà d'un projet en vue de renforcer localement l'industrie des puces IT, afin d'être moins dépendante de la Chine qui lui en fournit actuellement une grande quantité.

Pas de course aux subsides

Le manque de puces trouve son origine dans la pandémie. Beaucoup plus de gens se mirent alors à travailler chez eux, ce qui augmenta le besoin de smartphones, ordinateurs portables, tablettes et autres produits intégrant des semi-conducteurs. En raison de la pandémie, des usines durent toutefois aussi fermer leurs portes. Cela provoqua une réduction de la production de puces, ce qui accentua encore la pénurie.

La commissaire européenne en charge de la concurrence, Margrethe Vestager, a déclaré ce dimanche à des journalistes que les pays espèrent un accord sur des 'subsides importants, mais pas plus élevés que nécessaire, proportionnels et adaptés'.

Selon un fonctionnaire gouvernemental américain souhaitant garder l'anonymat, le système d'avertissement introduit l'année dernière par les Etats-Unis pour l'industrie des puces dans le sud-est asiatique fonctionne bien et a réussi à empêcher plusieurs interruptions potentielles plus tôt cette année.

Il devrait y avoir un système qui mette en garde de manière précoce contre les perturbations dans la chaîne d'approvisionnement des semi-conducteurs. Les Etats-Unis et l'UE espèrent ainsi éviter une surenchère entre les pays occidentaux à propos de ces composants technologiques cruciaux. L'Union européenne dispose depuis assez longtemps déjà d'un projet en vue de renforcer localement l'industrie des puces IT, afin d'être moins dépendante de la Chine qui lui en fournit actuellement une grande quantité.Le manque de puces trouve son origine dans la pandémie. Beaucoup plus de gens se mirent alors à travailler chez eux, ce qui augmenta le besoin de smartphones, ordinateurs portables, tablettes et autres produits intégrant des semi-conducteurs. En raison de la pandémie, des usines durent toutefois aussi fermer leurs portes. Cela provoqua une réduction de la production de puces, ce qui accentua encore la pénurie.La commissaire européenne en charge de la concurrence, Margrethe Vestager, a déclaré ce dimanche à des journalistes que les pays espèrent un accord sur des 'subsides importants, mais pas plus élevés que nécessaire, proportionnels et adaptés'.Selon un fonctionnaire gouvernemental américain souhaitant garder l'anonymat, le système d'avertissement introduit l'année dernière par les Etats-Unis pour l'industrie des puces dans le sud-est asiatique fonctionne bien et a réussi à empêcher plusieurs interruptions potentielles plus tôt cette année.