L'enquête ciblait soixante membres d'Agoria qui représentent conjointement quelque neuf mille emplois en Belgique. La moitié des participants voit la production en Chine ou dans le reste de l'Asie aller à vau-l'eau, alors que deux tiers d'entre eux enregistrent des problèmes de livraison à la Belgique de pièces en provenance de Chine.

Autres problèmes attendus

L'obstacle économique risque de croître encore. Trois quarts environ des entreprises interrogées s'attendent à des problèmes supplémentaires et ce, tant au niveau de la production en Chine et dans le reste de l'Asie que sur le plan de l'acheminement de Chine vers notre pays.

La perturbation de la chaîne logistique semble être le problème majeur. Le transport de fret s'effectue traditionnellement en bateau ou en train. "Mais la frontière entre la Chine et la Russie est désormais fermée, ce qui se traduit par une suppression de trains. De même, les bateaux n'appareillent plus", affirme Kevin Verbelen, spécialiste en commerce international chez Agoria.

L'enquête ciblait soixante membres d'Agoria qui représentent conjointement quelque neuf mille emplois en Belgique. La moitié des participants voit la production en Chine ou dans le reste de l'Asie aller à vau-l'eau, alors que deux tiers d'entre eux enregistrent des problèmes de livraison à la Belgique de pièces en provenance de Chine.L'obstacle économique risque de croître encore. Trois quarts environ des entreprises interrogées s'attendent à des problèmes supplémentaires et ce, tant au niveau de la production en Chine et dans le reste de l'Asie que sur le plan de l'acheminement de Chine vers notre pays.La perturbation de la chaîne logistique semble être le problème majeur. Le transport de fret s'effectue traditionnellement en bateau ou en train. "Mais la frontière entre la Chine et la Russie est désormais fermée, ce qui se traduit par une suppression de trains. De même, les bateaux n'appareillent plus", affirme Kevin Verbelen, spécialiste en commerce international chez Agoria.