Selon le ministère américain du commerce, cet assouplissement devrait veiller à ce que les entreprises américaines restent au top de l'innovation et qu'elles aient leur mot à dire lors de la mise au point des normes. Dans la pratique, cela signifie que ces entreprises n'ont plus besoin d'une licence pour siéger par exemple dans une organisation de normalisation, dont fait aussi partie Huawei.

L'année dernière, Huawei avait été placée sur l''Entity List', une liste d'entreprises avec lesquelles les firmes américaines ne pouvaient plus collaborer. L'entreprise Huawei serait utilisée par les autorités chinoises à des fins d'espionnage. Ce bannissement a sonné notamment la fin de la collaboration d'Android avec Huawei, mais il fait aussi en sorte que les firmes télécoms américaines éprouvent des difficultés à prendre part à la normalisation. Sur ce plan, Huawei est par contre l'un des grands acteurs et a par exemple donné forme à la norme 5G.

En ajoutant un amendement à l'Entity List, le ministère du commerce entend à présent permettre aux entreprises américaines de siéger dans ces organisations sans disposer d'une licence supplémentaire. Le pays veut ainsi s'assurer qu'il aura un impact sur le futur des voitures autonomes et d'autres technologies par exemple. "Les Etats-Unis ne céderont pas leur leadership dans l'innovation globale", voilà comment explique le ministère la décision prise. "Cette action reconnaît l'importance de l'inventivité américaine pour protéger et favoriser notre économie et notre sécurité nationale."

Selon le ministère américain du commerce, cet assouplissement devrait veiller à ce que les entreprises américaines restent au top de l'innovation et qu'elles aient leur mot à dire lors de la mise au point des normes. Dans la pratique, cela signifie que ces entreprises n'ont plus besoin d'une licence pour siéger par exemple dans une organisation de normalisation, dont fait aussi partie Huawei.L'année dernière, Huawei avait été placée sur l''Entity List', une liste d'entreprises avec lesquelles les firmes américaines ne pouvaient plus collaborer. L'entreprise Huawei serait utilisée par les autorités chinoises à des fins d'espionnage. Ce bannissement a sonné notamment la fin de la collaboration d'Android avec Huawei, mais il fait aussi en sorte que les firmes télécoms américaines éprouvent des difficultés à prendre part à la normalisation. Sur ce plan, Huawei est par contre l'un des grands acteurs et a par exemple donné forme à la norme 5G.En ajoutant un amendement à l'Entity List, le ministère du commerce entend à présent permettre aux entreprises américaines de siéger dans ces organisations sans disposer d'une licence supplémentaire. Le pays veut ainsi s'assurer qu'il aura un impact sur le futur des voitures autonomes et d'autres technologies par exemple. "Les Etats-Unis ne céderont pas leur leadership dans l'innovation globale", voilà comment explique le ministère la décision prise. "Cette action reconnaît l'importance de l'inventivité américaine pour protéger et favoriser notre économie et notre sécurité nationale."