Fin de l'année dernière, la Chambre avait approuvé une loi prévoyant l'ajout de l'empreinte digitale des deux index sur les cartes d'identité belges. Une phase de test aurait dû suivre en avril, après quoi le processus allait démarrer en juin, afin de déployer le système à grande échelle.

En mars, on apprit cependant que le tout serait postposé, parce que les décisions d'exécution avaient subi du retard suite à la chute du gouvernement. Il semble à présent que ce n'est qu'en 2020 que sera initié le stockage systématique des empreintes digitales sur les cartes d'identité électroniques.

L'idée de conserver les empreintes digitales sur l'eID avait pourtant fait l'objet de nombreuses protestations. La Commission vie prive (devenue aujourd'hui l'Autorité de protection des données) notamment s'était opposée au projet, de même d'ailleurs que le groupe d'action Ministry of Privacy, qui s'est tourné vers la Cour constitutionnelle pour combattre cette décision.

Le déploiement complet durerait une dizaine d'années. Le projet-pilote devrait démarrer peu avant dans quelques communes. Le ministère de l'intérieur n'a pas encore pu donner un planning plus détaillé.