Pour les prochaines élections en Belgique, les politiciens de chez nous pourraient peut-être apprendre quelque chose de l'un des principaux gourous internationaux en 'usability' (utilisabilité), Jakop Nielsen.

Ce dernier a examiné les lettres de nouvelles électroniques envoyées ces dernières semaines par les plus grands partis britanniques à l'occasion des élections imminentes. Nielsen a passé en revue non seulement la façon de s'inscrire et de se désinscrire, mais aussi le contenu des lettres de nouvelles proprement dites. Au final, il a attribué des scores en fonction de 149 critères définis précédemment par lui-même.

La dernière fois que Nielsen s'était penché sur les lettres de nouvelles avant une campagne électorale, c'était en 2004 aux Etats-Unis. A l'époque, George W. Bush s'était classé premier au terme de son enquête d'utilisabilité et avait remporté plus tard les élections.

A en croire son analyse actuelle, les conservateurs britanniques devraient gagner les prochaines élections. Mais il va de soi que Nielsen est le premier à relativiser fortement ce type de prévision. Selon lui, l'internet ne peut du reste influencer le résultat des élections que d'1 à 2 pour cent au maximum. Mais en cas d'une lutte à couteaux tirés, comme celle qui opposa Bush et Kerry en 2004, une bonne 'usability' peut, pour Nielsen, faire pencher définitivement la balance.

Peut-être s'accorde-t-il à lui-même et à la 'usability' un peu trop d'honneur, mais en tout cas, son analyse est intéressante pour les lettres de nouvelles électroniques en général.

Pour les prochaines élections en Belgique, les politiciens de chez nous pourraient peut-être apprendre quelque chose de l'un des principaux gourous internationaux en 'usability' (utilisabilité), Jakop Nielsen. Ce dernier a examiné les lettres de nouvelles électroniques envoyées ces dernières semaines par les plus grands partis britanniques à l'occasion des élections imminentes. Nielsen a passé en revue non seulement la façon de s'inscrire et de se désinscrire, mais aussi le contenu des lettres de nouvelles proprement dites. Au final, il a attribué des scores en fonction de 149 critères définis précédemment par lui-même. La dernière fois que Nielsen s'était penché sur les lettres de nouvelles avant une campagne électorale, c'était en 2004 aux Etats-Unis. A l'époque, George W. Bush s'était classé premier au terme de son enquête d'utilisabilité et avait remporté plus tard les élections. A en croire son analyse actuelle, les conservateurs britanniques devraient gagner les prochaines élections. Mais il va de soi que Nielsen est le premier à relativiser fortement ce type de prévision. Selon lui, l'internet ne peut du reste influencer le résultat des élections que d'1 à 2 pour cent au maximum. Mais en cas d'une lutte à couteaux tirés, comme celle qui opposa Bush et Kerry en 2004, une bonne 'usability' peut, pour Nielsen, faire pencher définitivement la balance. Peut-être s'accorde-t-il à lui-même et à la 'usability' un peu trop d'honneur, mais en tout cas, son analyse est intéressante pour les lettres de nouvelles électroniques en général.