Les patrons d'Apple, de Google et d'Intel doivent comparaître en Justice. Ils auraient en effet convenu entre eux de ne pas s'attirer mutuellement du personnel, selon la plainte, ce qui est assimilé à de la concurrence déloyale.

Tim Cook (Apple), Paul Otellini (Intel) et Eric Schmidt (Google) sont soupçonnés d'avoir conclu un accord illégal à propos de leur personnel. La juge californienne Lucy Koh a demandé que les trois directeurs soient auditionnés. Elle a pris cette initiative suite à une plainte déposée à l'encontre de plusieurs entreprises installées à Silicon Valley.

Accord illégal Les entreprises technologiques en question ont convenu de ne pas s'approprier mutuellement des membres de leur personnel, à entendre les avocats des plaignants. Selon la plainte déposée en 2011 déjà, plusieurs collaborateurs ont été lésés par cet accord illégal, du fait que leurs perspectives de carrière et leurs ambitions salariales ont ainsi été contrecarrées.
Procès

Des documents aux mains de la Justice, il apparaît qu'Eric Schmidt sera interrogé le 21 février. L'on ne sait pas encore clairement quand les deux autres directeurs devront se justifier. Un procès est en tout cas prévu en novembre. (Belga/TV)

Les patrons d'Apple, de Google et d'Intel doivent comparaître en Justice. Ils auraient en effet convenu entre eux de ne pas s'attirer mutuellement du personnel, selon la plainte, ce qui est assimilé à de la concurrence déloyale. Tim Cook (Apple), Paul Otellini (Intel) et Eric Schmidt (Google) sont soupçonnés d'avoir conclu un accord illégal à propos de leur personnel. La juge californienne Lucy Koh a demandé que les trois directeurs soient auditionnés. Elle a pris cette initiative suite à une plainte déposée à l'encontre de plusieurs entreprises installées à Silicon Valley. Accord illégal Les entreprises technologiques en question ont convenu de ne pas s'approprier mutuellement des membres de leur personnel, à entendre les avocats des plaignants. Selon la plainte déposée en 2011 déjà, plusieurs collaborateurs ont été lésés par cet accord illégal, du fait que leurs perspectives de carrière et leurs ambitions salariales ont ainsi été contrecarrées. Procès Des documents aux mains de la Justice, il apparaît qu'Eric Schmidt sera interrogé le 21 février. L'on ne sait pas encore clairement quand les deux autres directeurs devront se justifier. Un procès est en tout cas prévu en novembre. (Belga/TV)