Les cybercriminels ne misent plus sur un seul cheval. Afin d'exploiter au maximum leurs attaques, ils combinent régulièrement plusieurs techniques (spam, phishing, spyware, ...). C'est ce que nous apprend le récent rapport trimestriel 'Intelligence Report' de MessageLabs. Le fait d'attaquer plusieurs cibles simultanément augmenterait également les chances des malfaiteurs. Non seulement le web mondial est devenu un endroit peu sûr, mais les e-mails, les systèmes de messagerie instantanée, les SMS, les blogs et les forums sur internet sont également devenus des cibles potentielles."Par la passé, nous considérions les spammeurs et les créateurs de virus comme deux groupes séparés qui allaient vite fusionner," explique Mark Sunner, CTO de MessageLabs. "Il faut à présent y ajouter la diffusion de 'spyware'".La quantité de spam en juin a augmenté de 6,9 pour cent pour atteindre 64,8 pour cent du nombre d'e-mails, par rapport au moins précédent. Sur l'ensemble du trimestre, on note un statu-quo à 60,4 par rapport au trimestre précédent. Par rapport au même trimestre de l'année dernière, le spamming a par contre diminué de 7,8 pour cent.Le nombre d'e-mails infectés par un virus était d'environ 1 pour cent en juin, soit une baisse de 0,5 pour cent comparé à mai. Sur l'ensemble du trimestre, on a comptabilisé 1,5 pour cent d'e-mails infectés par un virus, soit une diminution de 0,7 pour cent par rapport au trimestre précédent et de 1,4% par rapport à il y a un an. Par contre, le nombre d'attaques via des chevaux de Troie a été multiplié par six. Alors qu'on en découvrait en moyenne une par semaine l'année dernière, on en découvre maintenant une par jour.Les attaques par phishing suivent également une tendance à la baisse. Elles représentent 0,19 pour cent de tous les e-mails, soit 0,12 pour cent de moins que le mois précédent. Sur la base du trimestre, le phishing pèse 0,26 pour cent de tous les e-mails, soit une baisse de 0,02 pour cent par rapport au même trimestre l'année précédente.

Les cybercriminels ne misent plus sur un seul cheval. Afin d'exploiter au maximum leurs attaques, ils combinent régulièrement plusieurs techniques (spam, phishing, spyware, ...). C'est ce que nous apprend le récent rapport trimestriel 'Intelligence Report' de MessageLabs. Le fait d'attaquer plusieurs cibles simultanément augmenterait également les chances des malfaiteurs. Non seulement le web mondial est devenu un endroit peu sûr, mais les e-mails, les systèmes de messagerie instantanée, les SMS, les blogs et les forums sur internet sont également devenus des cibles potentielles."Par la passé, nous considérions les spammeurs et les créateurs de virus comme deux groupes séparés qui allaient vite fusionner," explique Mark Sunner, CTO de MessageLabs. "Il faut à présent y ajouter la diffusion de 'spyware'".La quantité de spam en juin a augmenté de 6,9 pour cent pour atteindre 64,8 pour cent du nombre d'e-mails, par rapport au moins précédent. Sur l'ensemble du trimestre, on note un statu-quo à 60,4 par rapport au trimestre précédent. Par rapport au même trimestre de l'année dernière, le spamming a par contre diminué de 7,8 pour cent.Le nombre d'e-mails infectés par un virus était d'environ 1 pour cent en juin, soit une baisse de 0,5 pour cent comparé à mai. Sur l'ensemble du trimestre, on a comptabilisé 1,5 pour cent d'e-mails infectés par un virus, soit une diminution de 0,7 pour cent par rapport au trimestre précédent et de 1,4% par rapport à il y a un an. Par contre, le nombre d'attaques via des chevaux de Troie a été multiplié par six. Alors qu'on en découvrait en moyenne une par semaine l'année dernière, on en découvre maintenant une par jour.Les attaques par phishing suivent également une tendance à la baisse. Elles représentent 0,19 pour cent de tous les e-mails, soit 0,12 pour cent de moins que le mois précédent. Sur la base du trimestre, le phishing pèse 0,26 pour cent de tous les e-mails, soit une baisse de 0,02 pour cent par rapport au même trimestre l'année précédente.