Le service allemand avait annoncé que les Chinois utilisaient des profils factices pour approcher des fonctionnaires et politiciens allemands via les médias sociaux. Selon le Bundesamt für Verfassungsschutz (BfV), la Chine voulait ainsi mettre la main sur des informations confidentielles.

En l'espace de neuf mois, les Chinois auraient approché quelque 10.000 citoyens allemands via LinkedIn. Le BfV a cependant réussi à démasquer des tas de soi-disant chasseurs de têtes, consultants et cellules de réflexion d'origine chinoise.

Le service allemand avait annoncé que les Chinois utilisaient des profils factices pour approcher des fonctionnaires et politiciens allemands via les médias sociaux. Selon le Bundesamt für Verfassungsschutz (BfV), la Chine voulait ainsi mettre la main sur des informations confidentielles.En l'espace de neuf mois, les Chinois auraient approché quelque 10.000 citoyens allemands via LinkedIn. Le BfV a cependant réussi à démasquer des tas de soi-disant chasseurs de têtes, consultants et cellules de réflexion d'origine chinoise.