Les deux personnes dirigeaient MindGeek depuis plus de dix ans. L'entreprise leur recherche à présent des successeurs. Entre-temps, leurs tâches sont assumées par d'autres membres de l'équipe directoriale. Ils demeurent cependant actionnaires de l'entreprise qui exploite non seulement PornHub, mais aussi des sites similaires tels RedTube et YouPorn, et qui possède encore des maisons de production comme Brazzers, Reality Kings ou Digital Playground.

Formellement, on déclare chez MindGeek que le départ du duo était planifié depuis début 2022 déjà, même si leur démission arrive à peine quelques jours après la publication par The New Yorker d'un article étoffé sur une mauvaise gestion chez Pornhub.

The New Yorker a rencontré des mineurs d'âge qu'on aurait fait chanter pour qu'ils acceptent de fournir des images à caractère sexuel. Ces images ont finalement été publiées sur PornHub. L'article décrit comment le site affirme contrôler les vidéos, afin d'éviter qu'apparaissent des photos de mineurs d'âge ou de personnes n'ayant pas donné leur autorisation. Mais dans la pratique, ce n'est pas toujours le cas.

The New Yorker évoque entre autres une adolescente de quinze ans, dont les images ont atterri sur le site. Il lui a ensuite fallu des mois pour que ces photos soient retirées. L'année dernière déjà, MindGeek fut condamnée aux Etats-Unis pour avoir enfreint des lois sur la traite des êtres humains dans l'optique d'une exploitation sexuelle, ainsi que des lois liées à la pornographie juvénile pour avoir autorisé ce type de contenu et avoir ainsi engrangé des profits, sans avoir reçu l'autorisation des personnes présentes dans les vidéos.

MindGeek et sa filiale PornHub sont ciblées depuis quelques années déjà pour les mêmes raisons. En 2020 en effet, l'activiste Laila Mickelwait lança une pétition en vue de fermer le site, parce qu'il proposait des vidéos mettant en scène des mineurs d'âge et des viols réels.

Fin 2020, l'affaire attira davantage l'attention encore, après que le New York Times ait publié un article détaillé sur l'abus d'enfants sur le site. Il nous faut cependant apporter ici la nuance, selon laquelle PornHub n'a ni activement abusé d'enfants ni téléchargé des vidéos sans autorisation, mais le site n'a pas exercé de contrôle préventif sur les vidéos publiées par les utilisateurs.

Il en résulta que Visa et Mastercard notamment n'acceptèrent plus de desservir le site, ce qui obligea PornHub à mettre directement hors ligne une grande partie des vidéos déposées par les utilisateurs. Ultérieurement, PornHub ferma aussi le site apparenté X-Tube, probablement en raison de poursuites judiciaires à venir.

Les deux personnes dirigeaient MindGeek depuis plus de dix ans. L'entreprise leur recherche à présent des successeurs. Entre-temps, leurs tâches sont assumées par d'autres membres de l'équipe directoriale. Ils demeurent cependant actionnaires de l'entreprise qui exploite non seulement PornHub, mais aussi des sites similaires tels RedTube et YouPorn, et qui possède encore des maisons de production comme Brazzers, Reality Kings ou Digital Playground.Formellement, on déclare chez MindGeek que le départ du duo était planifié depuis début 2022 déjà, même si leur démission arrive à peine quelques jours après la publication par The New Yorker d'un article étoffé sur une mauvaise gestion chez Pornhub.The New Yorker a rencontré des mineurs d'âge qu'on aurait fait chanter pour qu'ils acceptent de fournir des images à caractère sexuel. Ces images ont finalement été publiées sur PornHub. L'article décrit comment le site affirme contrôler les vidéos, afin d'éviter qu'apparaissent des photos de mineurs d'âge ou de personnes n'ayant pas donné leur autorisation. Mais dans la pratique, ce n'est pas toujours le cas.The New Yorker évoque entre autres une adolescente de quinze ans, dont les images ont atterri sur le site. Il lui a ensuite fallu des mois pour que ces photos soient retirées. L'année dernière déjà, MindGeek fut condamnée aux Etats-Unis pour avoir enfreint des lois sur la traite des êtres humains dans l'optique d'une exploitation sexuelle, ainsi que des lois liées à la pornographie juvénile pour avoir autorisé ce type de contenu et avoir ainsi engrangé des profits, sans avoir reçu l'autorisation des personnes présentes dans les vidéos.MindGeek et sa filiale PornHub sont ciblées depuis quelques années déjà pour les mêmes raisons. En 2020 en effet, l'activiste Laila Mickelwait lança une pétition en vue de fermer le site, parce qu'il proposait des vidéos mettant en scène des mineurs d'âge et des viols réels.Fin 2020, l'affaire attira davantage l'attention encore, après que le New York Times ait publié un article détaillé sur l'abus d'enfants sur le site. Il nous faut cependant apporter ici la nuance, selon laquelle PornHub n'a ni activement abusé d'enfants ni téléchargé des vidéos sans autorisation, mais le site n'a pas exercé de contrôle préventif sur les vidéos publiées par les utilisateurs.Il en résulta que Visa et Mastercard notamment n'acceptèrent plus de desservir le site, ce qui obligea PornHub à mettre directement hors ligne une grande partie des vidéos déposées par les utilisateurs. Ultérieurement, PornHub ferma aussi le site apparenté X-Tube, probablement en raison de poursuites judiciaires à venir.