"La conclusion du groupe de travail des Nations Unies est incorrecte et doit être reconsidérée", déclare Hugo Swire, secrétaire d'Etat en charge des affaires extérieures et du Commonwealth. "Julian Assange n'a jamais été détenu arbitrairement par la Grande-Bretagne et veut en fait échapper à une arrestation légale en séjournant à l'ambassade équatorienne."

Selon Swire, la Grande-Bretagne continuera donc de vouloir "l'arrestation légale" d'Assange, afin de le livrer à la Suède. "Ses droits humains sont toujours garantis et le seront également s'il est extradé vers la Suède", affirme-t-il.

Précédemment, la Suède avait également marqué son désaccord avec la décision des Nations Unies. Le ministère public suédois avait indiqué que l'avis du groupe de travail n'aurait pas d'impact sur l'enquête et que Julian Assange devait être arrêté. (Belga/WK)