Une nouvelle loi stipule en effet que les plates-formes doivent supprimer dans les plus brefs délais les messages faisant par exemple l'apologie de la terreur ou de l'abus d'enfants.

Cette loi prévoit aussi que les dirigeants des entreprises concernées seront tenus personnellement responsables d'une réaction par trop hésitante. Le montant des amendes sera fixé dans les prochains mois. Des mesures sont également prévues contre la diffusion de fausses nouvelles et l'ingérence dans des élections.

Selon le gouvernement britannique, toutes ces mesures sont destinées à amplifier la prise de responsabilités de la part des entreprises technologiques. Cette annonce succède de peu à des déclarations faites par le directeur de Facebook, Mark Zuckerberg. Ce dernier a en effet récemment déclaré que les autorités et les contrôleurs doivent jouer un rôle plus actif au niveau de la surveillance.