Assange est actuellement emprisonné, mais les Etats-Unis ont demandé son extradition. Les autorités américaines veulent notamment le poursuivre pour la publication d'informations secrètes sur les conflits en Afghanistan et en Irak.

Le fondateur de Wikileaks ne peut attendre librement cette affaire d'extradition, parce qu'il s'était précédemment déjà enfui, alors qu'il était en liberté conditionnelle. Il s'était réfugié en 2012 dans l'ambassade d'Equateur à Londres, pour éviter d'être livré à la Suède.

L'Equateur a expulsé Assange l'année dernière, après quoi la police britannique l'a arrêté. Il se vit ensuite infliger une peine d'emprisonnement de 50 semaines, parce qu'il avait enfreint les conditions de sa libération sous caution.

Selon le site lanceur d'alertes Wikileaks, les avocats d'Assange introduiront demain mercredi une requête en vue de le sortir de prison. Il court en effet le risque d'y être contaminé par le coronavirus, qui a déjà provoqué la mort de 303 personnes en Grande-Bretagne.

Assange est actuellement emprisonné, mais les Etats-Unis ont demandé son extradition. Les autorités américaines veulent notamment le poursuivre pour la publication d'informations secrètes sur les conflits en Afghanistan et en Irak.Le fondateur de Wikileaks ne peut attendre librement cette affaire d'extradition, parce qu'il s'était précédemment déjà enfui, alors qu'il était en liberté conditionnelle. Il s'était réfugié en 2012 dans l'ambassade d'Equateur à Londres, pour éviter d'être livré à la Suède.L'Equateur a expulsé Assange l'année dernière, après quoi la police britannique l'a arrêté. Il se vit ensuite infliger une peine d'emprisonnement de 50 semaines, parce qu'il avait enfreint les conditions de sa libération sous caution.Selon le site lanceur d'alertes Wikileaks, les avocats d'Assange introduiront demain mercredi une requête en vue de le sortir de prison. Il court en effet le risque d'y être contaminé par le coronavirus, qui a déjà provoqué la mort de 303 personnes en Grande-Bretagne.